Madagascar: Réseaux sociaux - Une réalité à laquelle on ne peut se soustraire

L'ampleur qu'a prise l'importance des réseaux sociaux aujourd'hui dans notre société ne peut plus être ignorée.

Ils risquent, si l'on n'y prend garde, de supplanter les moyens de communication traditionnels. Les rumeurs et les calomnies, une fois lancées, causent de considérables torts à ceux qui en sont victimes. Il existe certes une loi sur la cybercriminalité qui est censée empêcher les abus, mais on se rend compte que la plupart des posts sur internet échappent à son contrôle. Facebook ou twitter, cependant, en dehors de certains abus, sont de formidables outils de communication, mais il faut s'en servir avec prudence et savoir discerner ce qui est vrai de ce qui est faux.

Les professionnels de la communication savent que les réseaux sociaux peuvent être une véritable mine de renseignements ; les événements qui se produisent ici et là sont rapportés en temps réels. Ce sont certes des informations brutes, mais elles permettent de démarrer des investigations et amènent à de multiples recoupements. Les presses écrites et audiovisuelles peuvent ainsi rendre compte de ce qui s'est passé un peu partout sur le territoire, et ce, de manière claire et sans exagération.

A Madagascar, les sujets qui font le buzz sur les réseaux sociaux ne sont pas tous repris dans les médias car les journalistes font preuve de discernement. Ceux qui sont scabreux ou qui contiennent des éléments diffamants sont écartés. L'affaire Tahisy qui fait la Une des faits divers en ce moment échappe néanmoins à la règle car elle est entourée d'un certain mystère.

Le public s'intéresse au contexte familial de l'enquête qui a été ouverte. Chez nous, les dérives des réseaux sociaux ne sont pas aussi graves que celles qui existent à l'extérieur. Les propos racistes et homophobes ainsi que les injures sont légion sur internet. Le partage de vidéos à caractère pornographique est une réalité qui fait beaucoup de torts à ceux qui en sont victimes. Le candidat de La République en Marche à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, en a subi les conséquences puisque devant le scandale dans lequel son nom est cité, il a été obligé de se retirer. Aujourd'hui, les réseaux sociaux représentent une réalité à laquelle on ne peut échapper. Il est nécessaire de savoir s'en prémunir.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.