Cote d'Ivoire: Protection des zones marines et côtières - L'état s'engage à conserver 10% de ses ressources en 2020

20 Février 2020

Le ministre en charge de l'Environnement a fait ce pari le 17 février, à l'occasion de la cérémonie de restitution de la création de la première aire marine protégée du pays.

A l'initiative du ministère de l'Environnement et du développement durable, la cérémonie de restitution des résultats de la mission de Grand-Béréby, visant à créer la première aire marine protégée de Côte d'Ivoire, a eu lieu le 17 février, à la salle de conférence dudit ministère, au Plateau.

Les partenaires techniques, le secteur privé ainsi que les membres du Groupe de travail national pour la création des aires marines protégées en Côte d'Ivoire y ont pris part.

A cette occasion, le ministre de l'Environnement et du Développement durable, Pr Joseph Séka Séka, a fait savoir que la Côte d'Ivoire, État-partie à la Convention sur la diversité biologique (Cdb), s'est engagée à conserver en 2020, 10% de ses zones marines et côtières.

Ce, au regard de la façade maritime qui subit de fortes pressions ayant pour conséquences, entre autres, la dégradation des habitats des espèces marines, la détérioration de la qualité de l'eau.

Aux membres du Groupe de travail national pour la gestion du processus de création des aires marines protégées en Côte d'Ivoire, créé en 2013, le ministre a demandé d'obtenir des résultats probants à l'issue de cette rencontre en termes d'impact positif, durable aussi bien sur les populations que sur la préservation de l'environnement.

« Vous avez toute notre confiance et nos encouragements dans l'accomplissement de cette mission pour le bien-être de notre génération, mais surtout pour celui des générations futures », a encouragé le Pr Joseh Séka Séka.

Pour sa part, Abou Bamba, secrétaire exécutif de la Convention d'Abidjan, a souligné l'importance de la création d'une aire maritime protégée (Amp).

« Elles (ces aires) présentent un intérêt touristique, culturel, écologique et halieutique. Partout où des réserves sous-marines interdites à la pêche ont été créées, le nombre de poissons, mais surtout leur taille et capacité à se reproduire ont augmenté », a confié Abou Bamba.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.