Burkina Faso: Le CDP s'insurge contre «l'abandon» des populations civiles qui subissent la furie des armes des terroristes

20 Février 2020

«La protection des populations est la priorité de tout gouvernement et doit être accentuée par ce temps de guerre contre le terrorisme.

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) s'incline une fois de plus en la mémoire des populations civiles massacrées ces derniers jours et émet le vœu de prompt rétablissement aux blessés. Le constat est très amer, il y a de plus en plus de victimes civiles qui tombent sous les balles assassines des ennemis de notre peuple.

Notre parti interpelle le pouvoir en place pour un déploiement sérieux des forces de défenses et de sécurité dans certaines localités du pays. Les populations ne doivent plus vivre avec la hantise du qu'en sera t'il demain ? Les populations doivent pouvoir vaquer tranquillement à leurs tâches quotidiennes et faire les échanges en toute quiétude dans les marchés sans la peur d'être attaqué. Les croyants doivent pouvoir aller et prier sereinement dans les lieux de cultes sans être inquiété.

C'est pourquoi notre parti s'insurge contre ce que l'on pourrait qualifier « d'abandon » des populations civiles qui subissent la furie des armes des terroristes. A savoir que des burkinabè qui n'aspirent qu'à une vie paisible tombent chaque jour est révoltant. Il faut une assistance sécuritaire vigoureuse pour endiguer le mal et protéger les populations.

Aussi, nous invitons les populations à plus de vigilance et de coopération en signalant avec promptitude tout mouvement suspect aux forces de défenses et de sécurité. Il faut avoir le courage dénoncer même des connaissances. C'est à ce prix, que nous sauvons nos vies, celles de nos frères burkinabè et aideront à lutter efficacement contre le terrorisme.

Dans le même registre de la sécurité, la CENI a lancé l'opération d'enrôlement des électeurs dans certaines localités du pays. Tout en invitant les populations à sortir massivement pour se faire enrôler, nous attirons la vigilance du gouvernement à accroître la sécurité des populations et celle des agents recenseurs. Nonobstant les zones difficiles d'accès, il est plus que nécessaire et urgent de protéger les centres de recensement pour rassurer les populations qui viennent s'inscrire sur les listes électorales et protéger également les agents qui font le travail sur le terrain.

Par ailleurs, le Syndicat autonome des agents du ministère des affaires étrangères (SAMAE) a animé une conférence de presse le mercredi 12 février 2020 pour crier « haro sur le bradage de la diplomatie burkinabè » par le ministre Alpha Barry. Selon les propos des conférenciers, il y a une distribution abusive des passeports diplomatiques et de service à des individus de tout acabit en violation des textes en vigueurs. En plus selon le SAMAE, il y a un « un mépris déconcertant du ministère dans la poursuite de nomination opaques, car les ambassades et les consulats souffrent de nominations fantaisistes pour récompenser des amis ».

Pour le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), cette sortie du principal syndicat du ministère des affaires étrangères n'est pas hasardeuse. Car, ce ministère est le garant légitime de l'image du Burkina Faso à l'étranger. C'est pourquoi, ces déclarations qui dépassent le cadre du ministère des affaires étrangères, viennent rappeler que le statut de notre pays s'altère sérieusement et de jour en jour à l'étranger. Alors que le président Kaboré dénonçait ces pratiques lorsqu'elles se passaient sous le CDP et les laisse allègrement passer aujourd'hui. Il y a une déliquescence du pouvoir de nos jours.

C'est un secret de polichinelle que de croire que cette situation qui prévaut au ministère des Affaires étrangères est un cas isolé, car d'autres similaires se déroulent dans les autres ministères. Partout c'est la combine, les magouilles, et la volonté manifeste de récompenser des copains au lieu d'endiguer les difficultés qui minent les ministères pour ne pas dire le pays tout entier. Il est encore temps de sauver l'image du pays tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.»

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.