Congo-Kinshasa: Auprès du Président Félix Tshisekedi, Me Yoko Yakembe plaide en faveur du Chef coutumier Lumpungu Kamanda Yakaumbu 4

C'est dans sa concession résidentielle, à Macampagne, vendredi 14 février dernier, que Me Yoko Yakembe a eu à recevoir, autour d'un festin, le Chef songye Lumpungu Kamanda Yakaumbu 4, avec une bonne frange de sa famille biologique - des cadres de la communauté songye - et des amis et connaissances.

Après qu'il ait purgé plus de 2 ans en prison, jugé et condamné par le Tribunal de Grandes Instances de Mbuji-Mayi. Il a récemment été acquitté par la Cour d'Appel de Mbuji-Mayi, pour ensuite faire escale à Kabinda, avant de rejoindre Kinshasa, pour rencontrer les autorités nationales pour les remercier pour sa relaxation ainsi que ses proches. C'est ainsi que Me Yoko Yakembe, PCA de la Régideso, a saisi cette occasion pour plaider sa cause auprès du 1er citoyen de la République, Félix Tshisekedi, Président de la République et Chef de l'Etat. Il demande à ce que le Chef Kamanda soit totalement dédommagé pour cette longue période d'humiliation qu'il a eue à subir plus de 2 ans durant, et il propose à ce que ce dernier soit décoré pour avoir été assigné en justice dans une situation où il défendait la noble cause de son peuple.

Cause plaidée

Dans un contexte où le Chef Lumpungu Kamanda Yakaumbu 4, le plus grand chef songye qui soit en vie, a été injustement humilié et même désacralisé, au regard de la tradition des chefs coutumiers, Me Yoko s'est résolu de l'honorer et de plaider activement sa cause. Sur ce, il formule 4 grandes propositions adressées à Félix Tshisekedi, Président de la République et Chef de l'Etat, dans le but de laver et dorer le drap souillé.

Premièrement, il demande à ce que le chef soit doté des moyens matériels adéquats pour la réhabilitation de sa demeure à Kabinda qui, depuis son arrestation, est restée dans un état de délabrement très avancé - faute d'entretien suffisant.

Ensuite, il propose à ce que sa condamnation soit totalement effacée car, il n'aura aucunement mérité d'avoir à son actif un casier judiciaire souillé. Car, il doit recouvrer tous ses droits civiques et politiques. Une réhabilitation judiciaire qui ne devrait pas, selon lui, faire l'objet d'un débat, au vu des éléments constitutifs de son dossier.

Pour Yoko, le chef coutumier songye mérite d'être décoré de son vivant pour avoir été malmené dans une situation où il défendait la cause de sa population. L'histoire n'étant pas amnésique, rappellerait combien le Chef Kamanda Yakaumbu 1 aurait été victime de la cruauté de l'administration coloniale pour avoir, lui aussi, défendu la cause de son peuple auprès du Roi Belge. Lui, d'ailleurs, avait été jugé et condamné à mort, et subit la pendaison.

Finalement, il épingle qu'il devrait bénéficier d'un dédommagement intégral, étant donné qu'ayant été député provincial, il n'avait plus jouit de ses droits en tant que tel depuis son arrestation et son incarcération. Sur ce, une allocation d'indemnités compensatoires devrait lui être accordée.

Cadres mobilisés

Durant cette soirée festive, un grand panel de cadres songye avait répondu présent ; aux rangs desquels, l'on pouvait compter : le Professeur Katanga - le Doyen Lumeka- la princesse tradi-coutumière songye Jeanne- Madame Apolline Musengeshi, Secrétaire générale honoraire du Ministère des Affaires Etrangères et la présidente de l'association Ndalamumba - et bien d'autres cadres et notables de la communauté songye.

Ambiance festive

La soirée a été agrémentée par l'orchestre folklorique Lomami, dans un climat de retrouvailles et de convivialité. Comme quoi, une libération, cela se célèbre.

De la genèse

Il y a lieu de rappeler que le grand chef de Basongye, alors député provincial coopté, avait été arrêté à Kabinda et transféré à Mbuji-Mayi. Un procès en flagrance a été ouvert à son encontre pour des infractions de rébellion, détention illégale d'armes et recel des malfaiteurs. Il avait été condamné à 31 mois de prison. Les avocats de la partie défenderesse avaient crié à un procès politique. Car, tout serait partie de la destitution du Gouverneur Kamanda par l'Assemblée provinciale de Lomami. Voulant reprendre ses fonctions dans l'illégalité, sans attendre la décision de la Cour suprême de justice auprès de laquelle il avait introduit son recourt, la jeunesse de Kabinda va se soulever pour l'en empêcher.

En sa double qualité de Chef coutumier et Député provincial, il est intervenu pour calmer cette jeunesse qui, pour lui, avait totalement raison. C'est dans ce contexte que le Gouverneur déchu va user du trafic d'influence pour envoyer un escadron de la police depuis Mbuji-Mayi, venu manifestement en expédition punitive à Kabinda, pour arrêter le chef coutumier et député provincial Lumpungu. Voilà qui fait dire à Me Yoko Yakembe que l'homme doit recouvrer tous ses droits politiques et civils. Car, ayant injustement purgé une peine de deux ans sur les 31 mois requis.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.