Maroc: Karim Ghajji - Quand on est fort dans la tête, généralement on est fort physiquement

interview

Avec 15 ceintures mondiales dans deux catégories de poids différentes, le champion du monde de kick-boxing, le Franco-Marocain Karim Ghajji, est le sportif le plus titré de sa discipline et est considéré par les spécialistes comme l'un des meilleurs combattants de K-1, boxe japonaise pieds-poings spectaculaire.

Dans un entretien accordé à la MAP, Ghajji s'exprime sur son premier combat professionnel au Maroc, prévu le 10 avril prochain à la salle couverte du Complexe Mohammed V à Casablanca.

Quel est votre sentiment de pouvoir disputer votre premier combat au Maroc ?

J'ai combattu dans le monde entier, de l'Amérique jusqu'au Japon et la Chine. J'ai fait beaucoup de pays, mais malheureusement je n'ai jamais eu l'occasion de pouvoir boxer dans mon pays, le Maroc. Cela fait 7 ans que j'essaye avec mon manager et mon équipe de trouver des solutions, mais malheureusement, il y avait des blocages. Dernièrement, on a rencontré un promoteur très réputé, qui a organisé de gros événements ici au Maroc et en France et qui m'a proposé de boxer au Maroc. J'ai dit un "oui" direct sans penser deux fois. Tant que c'est le Maroc, je m'en fous du reste. C'est un projet très intéressant parce que c'est 5 dates dans 5 différentes villes du Royaume (Casablanca, Tanger, Marrakech, El Jadida et Agadir). Pour moi, boxer au Maroc était quelque chose que je voulais depuis longtemps, un rêve qui va se réaliser le 10 avril à Casablanca. Ce qui m'intéresse est de faire plaisir à mon public, la chose que je fais souvent, et de présenter une belle boxe, un combat explosif et intéressant à voir. Même à 39 ans, j'essayerai d'être plus performant et plus puissant. Je suis très motivé et hâte. Mon prochain combat le 22 février va être une préparation, sachant que je ne connais pas encore aujourd'hui mon adversaire. Il peut être très important, dur et difficile mais je serai prêt parce que j'ai la volonté, la détermination, et en plus de ça, c'est une première au Maroc, donc j'aurai la puissance du peuple en moi.

Le 13 décembre 2019, vous avez remporté votre quinzième ceinture mondiale de kick-boxing. A l'âge de 39 ans, vous continuez de briller, quel est votre secret ?

Le secret, je le dis ouvertement: C'est une grosse détermination à pouvoir se dépasser et surtout ne jamais lâcher dans la difficulté, que ça soit à l'entrainement ou dans les préparations. C'est très dur d'être au poids et de suivre l'alimentation. J'ai aussi contacté des nutritionnistes pour me donner les recettes qui pourraient me permettre d'être bien physiquement, de perdre en graisse et d'avoir la ténacité pour pouvoir être bien sur le ring. Je n'ai jamais lâché. A 39 ans, tellement que je m'entraîne très bien, j'ai l'impression de commencer la boxe et de la réapprendre. J'ai toujours l'envie de performer, de dépasser mes limites et d'être meilleur, au jour le jour, dans mes entraînements.

Quel est votre conseil aux jeunes boxeurs marocains ?

Si je peux donner un conseil très important pour les jeunes athlètes marocains, c'est bien de se donner à fond à l'entrainement et d'essayer d'être meilleur chaque jour. La vie c'est des hauts et des bas. Malgré les difficultés, malgré que des fois on n'est pas soutenu, on n'est pas écouté, il faut s'entraîner et ne pas se réserver à une certaine limite. Il faut dépasser ses limites à chaque entraînement et essayer d'exceller, ce qui permettra d'être plus fort psychologiquement chaque jour. Quand on est fort dans la tête, généralement on est fort physiquement. C'est très important d'avoir cette connexion entre le cerveau et le corps. Il faut aussi être à l'écoute de son coach et ne jamais lâcher l'affaire. Quoiqu' il arrive, soyez déterminés et concentrés malgré toutes les difficultés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.