Guinée: Le ministre de la défense accusé d'avoir commandité la déportation des opposants au camp Soronkony

20 Février 2020

A quelques jours de l'acte 5 de résistance active du FNDC contre le 3ème mandat, des citoyens guinéens sont arrêtés de façon "injuste" et transférés à des destinations inconnues.

Certaines sources d'informations, indiquent que ces personnes seraient transferées vers le Camp Soronkony, situé à 25 kilomètres de la ville de Kankan.

Cette situation commence à inquiéter de nombreux citoyens. La plupart de ces jeunes, sont arrêtés par des hommes en tenue militaire et cagoulés. Leurs attestations se font souvent huitament. Le quartier Koloma est plus touché de cette pratique.

10 jeunes de ce quartier et certains quartiers de Conakry ont été kidnappés, jusqu'à présent aucune information de leur destination n'est connue. Leurs familles se trouvent dans une situation inquiétante.

En marge d'une conférence de presse animée ce mardi par le FNDC, le chargé des opérations a pointé un doigt accusateur contre le ministre de la Défense guinéenne d'être à la base de cette déportation des jeunes.

<< La déportation de ces jeunes a été recommandée par le Ministre de la défense Mohamed Diané. Il est à la base de tout ce qu'arrive à ces jeunes. Le camp Soronkony est un endroit où on torture les gens.

Un exemple, quand on était à la maison centrale, il y a un militaire qui était enfermé dans ce camp. Ils ont fait vernir ce monsieur à la maison centrale, c'est sa femme qui mené les démarches.

Je vous le jure, le monsieur quand il est venu nous trouver là-bas, il ne pouvait pas marcher. Donc, ces jeunes sont en danger >>, a déclaré Ibrahima Diallo.

Selon certaines informations, certains de ces jeunes arrêtés ont été relâchés vers Kindia. Nombreux sont des citoyens qui estiment que ces exactions envers les citoyens est une manière d'intimider les opposants contre le troisième mandat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.