Angola: Prochain lancement d'un appel d'offre international pour les fabriques textiles

Luanda — Le processus de privatisation des trois industries textiles angolaises, construites avec les fonds publics, débute en avril 2020, par un appel d'offre international.

Il s'agit des usines « Nova Textang II », « Africa Textil » et « Satec » situées, la première, dans la capitale angolaise, la deuxième à Benguela (région littorale sud), et la troisième à Cuanza Norte, province localisée à plus de 200 kilomètres au nord de Luanda.

Interpellé par la presse, mercredi, à Luanda, à l'occasion de la visite du Chef de l'Etat angolais João Lourenço aux installations de « Nova Textang II », le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Ivan do Prado a souligné que « les conditions requises pour leur privatisation sont réunies, et un concours d'offre publique sera lancé au cours des deux prochains mois ».

Dans le cadre de l'accord financier signé par le Gouvernement angolais et la Banque japonaise JBIC, le gouvernement a investi dans ces trois fabriques 1,2 milliard de USD, soit 251 millions de USD dans « Nova Textang II », et 420 millions de dollars dans chacune des deux autres usines.

« La Nova Textang II et les deux autres fabriques ont été privatisées en 2013 par le Ministère de l'Industrie, par le biais de l'IDIA (Institut de développement industriel d'Angola), moyennant un concours d'offre publique dont le Ministère n'avait pas les compétences, en raison du volume d'investissement et de la dimension de ces usines », a-t-il expliqué.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.