Cote d'Ivoire: Daniel Kablan Duncan (Vice-Présidence) - « Pour les pays du sud, le tourisme peut constituer un moteur de croissance »

20 Février 2020
document

C'est heureux et comblé de joie que je suis ici, aujourd'hui, au nom du Président de la République, Son Excellence Alassane OUATTARA pour présider la cérémonie d'ouverture du 1er Forum Mondial de l'OMT sur l'investissement touristique en Afrique.

Qu'il me soit permis d'emblée, de souhaiter aux délégations étrangères la cordiale bienvenue en Côte d'Ivoire non pas pour sacrifier à la tradition uniquement ; mais pour vous traduire la chaleur vivifiante et la joie de tout un peuple de vous accueillir en terre ivoirienne.

Chez nous, le visiteur, l'étranger est rois et cela est inscrit dans nos traditions avec un caractère divin. D'où notre "Akwaba traditionnel" pour cristalliser, symboliser cet état d'esprit.

Akwaba donc à tous et à toutes.

Avant d'aller plus loin dans mon intervention, je me dois de souligner, ici et maintenant la pertinence de l'avènement de ce forum qui vient combler un vide. C'est pourquoi, je suis heureux de votre participation si nombreuse et distinguée à ces assisses.

Certains d'entre vous n'ont pas hésité à venir des plus lointains continents dans l'intention de faire profiter à la collectivité de leur savoir et expérience,mettant en pratique l'esprit de coopération sans lequel rien de valable ne saurait se construire dans le monde ouvert d'aujourd'hui.

Aussi convient-il d'exprimer ma profonde gratitude à toutes les délégations qui ont effectué le déplacement. Je n'oublie pas, naturellement, les partenaires techniques et financiers qui ont aidé à l'organisation de ce forum.

Monsieur le Secrétaire Général de l'OMT, je voudrais vous saluer et vous traduire toute la reconnaissance du peuple de Côte d'Ivoire et de son Président, Son Excellence Alassane OUATTARA.

Comment pouvait-il en être autrement quand on sait que c'est sous votre impulsion que l'OMT a désigné la Côte d'Ivoire pour abriter ce forum lors de la 23ème Assemblée Générale de son Conseil exécutif tenue à Saint Petersburg en Russie en septembre 2019.

Monsieur le Secrétaire Général, pour tout dire, la Côte d'Ivoire vous sait gré des efforts que vous déployez pour son essor touristique en particulier et pour celui de toute l'Afrique en général.

C'est conscient de l'importance du tourisme en tant qu'outil de progrès des pays dits du Sud et convaincu par l'idée de la volonté panafricaine d'unité, d'autodétermination, de progrès et de prospérité collective qui figure au fronton de l'agenda 2063 de l'Union Africaine, que le Président de la République a accepté l'offre avec bonheur.

Oui, il l'a accepté avec empressement car il croit en l'intégration et à la mutualisation des énergies et du savoir-faire africain dans tous les domaines pour le bonheur et la prospérité partagés.

Excellences, Mesdames et Messieurs

Ce n'est un secret pour personne, le tourisme au fil des années et des décennies, a connu une progression vertigineuse avec des mutations et extensions au point de faire de lui, un des secteurs économiques à la croissance la plus rapide du monde.

Depuis plusieurs années, l'industrie du tourisme égale voire surclasse les industries pétrolières, agro-alimentaires, automobile et de l'armement en termes de volume d'affaires.

Du coup, le tourisme est devenu un acteur majeur du commerce international et une source de revenus incontournable de nombreux pays en développement.

De ce fait, il a été identifié par l'OMT comme un instrument de réduction de la pauvreté notamment pour les pays dits du Sud.

Sous l'effet de sa très forte expansion, le tourisme est devenu une composante essentielle de l'économie mondiale tant par son chiffre d'affaire que par les emplois engendrés. Sa croissance se poursuit et se trouve désormais renforcée par le flux de voyageurs en provenance d'Asie et d'Amérique Latine.

Pour les pays du sud, le tourisme peut constituer un moteur de croissance à même de favoriser l'essor de l'économie et un meilleur niveau de vie des populations. Toutefois, il est important que les différents pays satisfassent à des exigences environnementales, économiques ou financières sous peine d'annuler les retombées positives des activités touristiques pour la société.

Le tourisme est donc l'un des vecteurs majeurs du commerce international et de la prospérité. La croissance du tourisme observé ces dernières années confirme que le secteur est aujourd'hui l'un des moteurs les plus puissants de la croissance économique et du développement.

Il incombe aux Etas de gérer cette croissance sur un mode durable et la convertir en retombées concrètes pour les pays en particulier ceux du sud.

Les économies africaines rencontrent des difficultés à tirer véritablement profit de la manne touristique en raison d'un déficit d'infrastructures touristique de qualité. Les investissements dans le but de développer leur tourisme et maximiser les bénéfices ne sont pas suffisants. Les pays africains élaborent certes des politiques et stratégies de développement du tourisme mais, les actions concrètes qui concourent à la consolidation du tourisme comme pilier de l'économie demeurent faibles.

Selon l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), le nombre de visiteurs internationaux comptabilisés dans le monde, en 2017 était de 1.326 milliards de personnes. Ce nombre de visiteurs a généré un volume de recettes de 1340 milliards de dollars. Dans cette performance, l'Afrique n'a enregistré qu'un revenu de 37 milliards de dollars US, généré par les 63 millions de touristes internationaux qu'il a attiré.

En bref, le tourisme de par sa définition et les transformations dont il fait l'objet depuis plusieurs décennies, a un rôle indéniable dans la croissance économique des pays à fort potentiel touristique, dans la création de richesses locales, continentales et mondiales.

Qu'on le mesure à sa part (10,2%) dans le Produit Intérieur Brut (PIB) mondial ou au nombre d'emplois qu'il génère, le tourisme apparait comme un puissant moteur de développement économique.

La Côte d'Ivoire n'est pas en reste car le pays a adopté depuis 1970, diverses politiques de promotion et ambitionne aujourd'hui à travers sa stratégie dénommée « Sublime Cote d'Ivoire », de faire figurer la Côte d'ivoire parmi les pays africains les plus attractifs à l'horizon 2025, en le positionnant comme le 3ème pôle de développement économique. Les effets se font déjà sentir à peine 02 années après l'adoption de la stratégie ; ce sont plus de 7.000 milliards de francs CFA de promesses d'investissement mobilisés aux tables rondes de Dubaï et de Hambourg.

Je voudrais profiter de cette occasion pour saluer le dynamisme du Ministre Siandou FOFANA et son leadership ainsi que sa dynamique équipe qui l'accompagne.

Je ne m'attarderai pas sur les effets tangibles, perceptibles de la mise en œuvre de cette stratégie.

Bien évidemment, une telle embellie a eu pour socle un environnement macro-économique dont les fondamentaux étaient robustes et le sont davantage aujourd'hui avec les caractéristiques suivantes :

- Construction d'infrastructures, voies d'accès aux sites, hôtels, etc.

- Code d'investissement attractif;

- Accompagnement et assistance aux exploitants;

- Promotion tous azimuts des PPP;

- Amélioration de la sécurité;

- Etc.

C'est cette démarche qui a milité, dois-je le rappeler, au choix de la Côte d'Ivoire pour abriter le Forum Mondial, le premier du genre.

Excellences, Mesdames et Messieurs

Le thème autour duquel sera centré vos réflexions est tout un programme et doit sonner comme le tocsin du renouveau touristique africain.

Oui, Il y a nécessité pour l'Afrique de faire bouger les lignes au regard de la manne financière que constitue le tourisme. Car malgré ses richesses naturelles et son fort potentiel l'Afrique capte seulement très peu de ressources même si l'on note une plus forte croissance de l'activité sur le Continent.

Nonobstant quelques résultats satisfaisants enregistrés par certains pays, le plus gros du peloton est à la traine. Même ceux qui ont une longueur d'avance se doivent de faire beaucoup d'efforts.

Chers participants au forum, vous le savez, le mal est de notoriété public et se décline entre autres comme suit : l'insuffisance de financement, de mécanisme de financement, d'infrastructures performantes et modernes, les difficultés d'accès aux sites, le coût élevé du transport aérien, les problèmes sanitaires, etc.

Ces assises doivent être le lieu et le cadre d'échanges directs, fructueux entre tous les acteurs afin que les pays africains puissent capter les financements pour un développement durable de l'activité touristique.

Au vu de la qualité des participants, de la diversité des échanges prévus, je suis fort convaincu que la terre ivoirienne sera un terreau fertile qui va donner le point de départ du renouveau du tourisme africain dans un esprit de fraternité confiante.

Chers participants au forum, je souhaite qu'un plein succès couronne vos travaux et échanges placés sous les signes combiens favorables de l'investissement et du développement touristique de nos états africains.

C'est donc avec confiance que je déclare au nom du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, ouverts les travaux de la première édition du Forum Mondial de l'OMT sur l'investissement en Afrique.

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.