Congo-Brazzaville: Plan Mashako pour la vaccination - Des résultats encourageants réalisés au cours de la première année

Mis en œuvre en janvier 2019, le plan Mashako qui est un plan d'urgence pour la relance de la vaccination vient de totaliser une année. L'heure est au bilan. La question a été au centre de la revue annuelle dudit plan organisé, le mercredi 19 février, par le ministère de la Santé à travers son Programme élargi de vaccination (PEV), grâce à l'appui de l'Unicef, au salon rouge de l'immeuble du gouvernement à Kinshasa-Gombe.

Au cours de l'évaluation, les représentants du PEV de l'OMS (Organisation mondiale de la Santé), de l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance) et Gavi (Alliance mondiale pour la vaccination) ont tous été d'accord des résultats encourageants réalisés depuis la mise en œuvre du plan Mashako dans neuf provinces de la RDC. Il s'agit de Kinshasa, Kwilu, Kasaï, Haut Lomami, Haut Katanga, Ituri, Mongala, Tshuapa et Tanganyika.

Pour le vice- ministre de la Santé, Albert Mpeti, qui a présidé la réunion, grâce à ce plan, les neuf provinces ciblées «ont métamorphosé l'offre des services afin de vacciner tous les enfants et de les protéger contre les maladies ». En guise d'encouragement, le PEV a honoré ces provinces en leur remettant de certificats de mérite. C'est ainsi que les chefs de divisions provinciales de la Santé de Kinshasa, du Haut-Katanga et du Haut-Lomami ainsi que les médecins chefs de zones de santé de Masina (Kinshasa), de Panda et de Lubumbashi (Haut Katanga) ont reçu des certificats de mérite.

Les résultats encourageants réalisés à un an de mise en œuvre de ce plan montrent que 95% de matériels de la chaîne de froid pour la conservation des vaccins étaient fonctionnels en décembre 2019 contre 73% en janvier de la même année dans les provinces ciblées ; la moitié des aires de santé ciblées par le plan Mashako avaient une meilleure disponibilité des vaccins en décembre 2019 contre un tiers seulement en janvier 2019 ; au moins huit mille séances de vaccination de plus ont été réalisées mensuellement dans les neuf provinces ciblées, soit une augmentation de plus de 50% par rapport à 2018. Outre ces performances, les participants à cette revue annuelle du plan Mashako ont tous reconnu qu'il ya des défis à relever en matière de vaccination. « D'où, des efforts supplémentaires doivent être réalisés », ont-ils fait remarquer.

Critères de sélection de neuf provinces

Le choix porté sur les neuf provinces pour la mise en œuvre du plan Mashako ont pris en compte plusieurs critères sur la base des résultats de l'enquête MICS 2018, notamment le nombre élevé d'enfants non vaccinés ; les ruptures de stocks de vaccins ; les survenues des épidémies de rougeole et des épidémies de poliovirus dérivé de la souche vaccinale.

Rappelons que le plan porte le nom de feu le Pr Léonard Mashako qui fut ministre de la Santé de la RDC d'avril 1999 à juin 2003. Il s'était beaucoup investi pour l'amélioration de la santé de l'enfant. Il a été par la suite ministre de l'Enseignement supérieur et universitaire dans les gouvernements Muzito I et Muzito II. Expert de l'OMS pour la mise en place de la Prise en charge intégrée des maladies de l'enfance en Afrique et en RDC, le Dr Mashaka a été coordonnateur national des Journées nationales de vaccination de janvier 1998 au 30 juin 2003. De mars 1999 au 30 juin 2003, il était président du Comité du gouvernement chargé de la gestion des crises, des urgences et catastrophes. C'est pour honorer sa mémoire en guise de son combat en faveur de la vaccination de tous les enfants que ce plan porte son nom.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.