Sénégal: Recrudescence des cas de violence, de pédophilie, d'enlevement et de meurtre - Ndeye Sali Diop Dieng dans tous ses états

20 Février 2020

La récurrence des actes de violence et de maltraitance à l'égard des enfants, de meurtre et d'enlèvement, notée ces derniers temps, préoccupent Ndèye Sali Diop Dieng.

En attendant que la justice élucide ces différents cas, le ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants «condamne avec la dernière énergie» tous ces actes ou comportements «nuisible et préjudiciable à l'intégrité physique, psychologique et morale de nos enfants».

«Je condamne avec la dernière énergie tout acte ou comportement pouvant être nuisible et préjudiciable à l'intégrité physique, psychologique et morale de nos enfants.»

C'est Ndèye Sali Diop Dieng, le ministre de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des enfants, qui exprime ainsi sa colère face à la recrudescence de la violence à l'égard des enfants dans plusieurs localités du Sénégal.

Dans un communiqué de son département parvenu à notre rédaction, hier mercredi, Mme Dieng relève que «ces dernières semaines, nos vies et nos consciences ont été encore secouées par des actes de violence et de maltraitance à l'égard des enfants.

Nous sommes en définitive, face à une recrudescence du phénomène qui choque et interpelle sur une large partie du territoire national avec des cas de pédophilie, d'enlèvement et de meurtre signalés à Mbour, Ziguinchor, Linguére, Ndiagne, Rosso, Touba, Louga, Joal, Dakar», note le ministre chargé de la Famille et de la Protection des enfants.

En attendant que «la justice de notre pays finisse d'élucider ces différentes situations conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueurs», Ndèye Sali Diop Dieng «partage la douleur des familles et des proches des victimes innocentes.

Encore une fois, je lance un appel aux parents et aux tenants des structures d'éducation et de prise en charge sur nos responsabilités et nos obligations incompressibles en termes de protection, de sécurité et de bien-être de nos enfants».

Aussi appelle-t-elle à plus de vigilances et à une mobilisation collective. «C'est donc pour nous tous, le moment de renforcer la vigilance à tous les niveaux et de raffermir la mobilisation collective autour des initiatives gouvernementales en cours, en vue de garantir à tous nos enfants un environnement protecteur au sein des espaces d'éducation et de socialisation», lit-on dans le texte.

Et de souligner que dans ce cadre, le dispositif de protection bâti autour des Comités départementaux de Protection de l'enfant (CDPE) «reste mobilisé pour renforcer les actions de prévention et de prise en charge intégrée des différents cas».

Non sans rappeller aussi que le numéro vert 116 du Centre Ginddi «reste disponible et ouvert pour porter conseil et, au besoin, assistance aux enfants et aux parents, en toutes circonstances», conclut la source.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.