Sénégal: Sédhiou, première région productrice d'anacarde, avec 33% des productions nationales

20 Février 2020

La filière anacarde se porte bien dans la région de Sédhiou, sous la dimension production, mais claudique dans la transformation en vue de sa valorisation. Lundi dernier 17 février, le ministre du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises (PME), Mme Aminata Assome Diatta, a présidé un Comité régional de développement sur la question.

Elle a rassuré de son soutien, pour l'accompagnement des acteurs, en vue de la valorisation de la production.

Cette rencontre est consacrée au diagnostic de la filière anacarde dans la région de Sédhiou, avec ses 33% de production sur l'ensemble des collectes nationales.

«Il n'y a pas eu de rencontre avec les différents acteurs depuis 2017, date à laquelle la mesure d'interdire le transport par voie terrestre de la noix de cajou a été mise en vigueur.

Donc, il était important de venir évaluer cette mesure, d'identifier les difficultés et voir ensemble comment mieux préparer la prochaine campagne.

Et là, nous nous rendons compte que cette mesure a beaucoup contribué à sécuriser la filière», a déclaré Mme Aminata Assome Diatta le ministre du Commerce et des Petites et Moyennes Entreprises (PME).

Interpellée par les acteurs sur le prix, elle répond qu'«il sera très difficile, séance tenante, de fixer un prix plancher car ce sera un couteau à double tranchants car ce pourrait être un motif de désertion des acheteurs qui pourraient se tourner vers les autres pays. Mais aussi le prix pourrait être très élevé pour les unités de transformation».

Au sujet de la valorisation de la filière, Mme Aminata Assome Diatta reste évasive, face aux enjeux selon les producteurs, les transformateurs et les acheteurs.

«Il est extrêmement important qu'elle soit intensifiée puisque la région de Sédhiou ne pourra véritablement tirer profit de la filière que s'il y a une transformation. Il en est de même pour les autres régions productrices.»

Sur les performances de la région, Mme Aminata Assome Diatta déclare que «Sédhiou est à 33% de la production nationale de l'anacarde, il serait important que nous mettions l'accent sur la transformation.

Je me réjouis d'ailleurs de voir qu'il y a sept (7) unités de transformation dans la région de Sédhiou». Et de rassurer enfin : «nous les aiderons à ce qu'elles puissent s'approvisionner régulièrement.

Pour ce qui est de la conservation, avec le système de récépissé et d'entrepôt, nous trouverons des solutions car ce système va permettre au producteur de conserver son produit, de bénéficier d'un crédit en attendant le meilleur moment pour la commercialisation de son produit».

Les acteurs ont plaidé pour qu'un accent particulier soit mis sur la transformation afin que cela puisse générer de l'emploi et donner de la valeur à la filière.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.