Burkina Faso: Protection des oiseaux - ICCO coopération veut porter un projet qui vole haut

Les défenseurs de la cause animale ont décidé d'agir au Burkina Faso. ICCO coopération a lancé officiellement le jeudi 20 février 2020 son projet d'appui à la diversité biologique et à l'économie verte (Projet BBB). Il vise la protection des oiseaux et de leur cadre de vie.

En hiver, 5 milliards d'oiseaux migrent chaque année d'Europe vers l'Afrique. Un chiffre tout de même important. La zone de séjour de ces oiseaux cadre parfaitement avec les limites géographiques de la bande du karité.

Mais le constat est que ce cadre idéal des oiseaux est menacé. Leurs habitats, constitués principalement des espèces d'arbres épineux, sont systématiquement abattus pendant les défriches agricoles et leurs sources principales d'alimentation (les insectes) sont décimées du fait de l'utilisation anarchique des produits chimiques dans l'agriculture.

C'est partant de ce constat qu'ICCO et BirdLife Pays-Bas ont décidé d'agir pour amener les communautés locales à faire des affaires grâce à la présence des oiseaux et des abeilles dans la bande du karité en Afrique de l'Ouest, d'où l'appellation en anglais « Birds-Bees and Business » en acronyme BBB.

A l'origine, le projet devrait couvrir le Mali, le Ghana et le Burkina Faso. Mais de façon stratégique, les initiateurs du programme ont opté d'en développer la phase pilote au Burkina Faso. Le démarrage officiel a été fait en juin 2018.

« Le projet BBB est conçu pour faire face à des problématiques complexes de développement qui vont de la gestion des ressources naturelles à l'amélioration des moyens d'existence des communautés locales.

A travers une approche holistique et multi-acteurs, le projet BBB vise à permettre aux communautés vivant dans la zone du karité au Burkina Faso de gérer un paysage naturel inclusif qui leur offre plus de moyens de subsistance et qui garantisse aux oiseaux migrateurs terrestres des habitats et de la nourriture », a affirmé Leena Lindqvist, directrice d'ICCO coopération.

Les porteurs du projet ont à cœur, dans leur intervention, la restauration de la biodiversité, l'économie verte et l'autonomisation économique des femmes à travers trois composantes majeures : la gestion des paysages mosaïques durables, l'accès aux marchés et l'économie verte, la mise en exergue et la diffusion des approches innovantes.

Le projet est financé à hauteur de 1,8 milliard de francs CFA par la loterie nationale des Pays-Bas. Les acteurs de sa mise en œuvre sont : FairClimate Fund, Naturama, Aprossa Afrique verte, Tipalga.

Les objectifs du plan, selon le directeur de cabinet du ministre de l'Environnement, Rasmané Ouédraogo, cadrent parfaitement avec les priorités de son département qui accorde une place de choix à l'économie verte.

« Je ne doute point que la promotion de l'économie verte constitue l'une des stratégies d'adaptation aux effets du changement climatique, surtout pour les populations vulnérables.

Nous attendons de ce projet une contribution significative à la structuration des acteurs de l'économie verte », a-t-il affirmé, avant de rappeler que la valorisation des Produits forestiers non ligneux (PFNL) est devenue une nécessité dans un contexte où les contributions sectorielles à la formation de la richesse nationale constituent un critère clé.

Les PFNL, faut-il le rappeler, contribuent pour 22 à 43% aux revenus des ménages ruraux, et les espèces pourvoyeuses de ces PFNL couvrent près de 70% du territoire national.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.