Burkina Faso: Réconciliation nationale - Safiatou Lopez à la Primature

Conduite par sa présidente, Safiatou Lopez, une délégation du Mouvement pour le plaidoyer du retour de la paix, de la cohésion sociale et de la réconciliation nationale (MPCRN) a été reçue en audience par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, le 20 février 2020.

Au chef de l'exécutif la délégation a présenté le Mouvement et sollicité l'onction gouvernementale pour l'atteinte de ses objectifs, dont le principal est la tenue d'un dialogue national.

Après trois bons quarts d'heure d'échanges à huis clos, les visiteurs sortent du salon de leur hôte, tout sourire.

Au patron de l'exécutif la délégation, d'une demi-dizaine de personnes, a parlé de paix, de cohésion sociale et de réconciliation nationale, cheval de bataille du Mouvement, décliné à travers son nom.

«Nous sommes venus présenter au premier ministre notre organisation, mais aussi lui demander son soutien pour l'atteinte de nos objectifs», a déclaré la présidente du MPCRN, Safiatou Lopez.

Avant d'ajouter ceci : «Il nous a assuré qu'il va nous accompagner dans notre démarche et qu'il reste disponible pour nous accompagner», a en effet poursuivi celle qui est par ailleurs à la tête du Cadre de concertation des organisations de la société civile.

Le MPRCN nourrit l'espoir de la tenue d'un dialogue national, vu comme une passerelle sûre vers «la réconciliation nationale» et la «cohésion» entre les Burkinabè.

Pour l'organisation, l'atteinte de cet objectif ne sera effective qu'avec le soutien des plus hautes autorités du pays.

Dame Lopez n'a pas caché sa satisfaction de savoir que la vision du mouvement est partagée par le patron du gouvernement, lui qui avait déjà évoqué le sujet, quelques mois plus tôt, au cours de sa déclaration de politique générale.

Lancé à peine quelques jours plus tôt, le MPRCN s'est engagé dans une série de consultations de personnes-ressources, tant physiques que morales.

La rencontre avec le chef du gouvernement n'est pas la toute première : en effet, les premiers responsables du mouvement ont rencontré, il y a quelques jours, le Wogdg-naaba, chef de terre de Ouagadougou.

Et dans son agenda des jours à venir, le jeune mouvement compte poursuivre le périple, avec à l'affiche plusieurs institutions, à savoir la présidence du Faso, Chef de file de l'opposition politique, L'Assemblée nationale, l'Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP), le Haut Conseil pour l'unité et la réconciliation nationale (HCRUN), le Médiateur du Faso.

Les autorités coutumières, les syndicats ne seront pas non plus en reste. Le MPCRN, faut-il le rappeler, est essentiellement constitué d'acteurs de la société civile, de partis politiques et d'autorités coutumières et religieuses. L'adhésion à ce mouvement, selon ses initiateurs, est ouverte à tout citoyen burkinabè.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.