Sénégal: PPCS de Saint-Louis - Le PTBA 2020 validé par le comité régional de pilotage

Saint-Louis — Le comité régional de pilotage du projet de protection côtière de Saint-Louis (PPCS) a validé jeudi "sans aucune réserve" le plan de travail et le budget annuel (PTBA) 2020, pour la réalisation des travaux du projet du mur de protection de la Langue de Barbarie estimés à 5,135 milliards de francs CFA, a constaté l'APS.

Ledit budget est composé d'une contribution de l'agence française de développement (AFD) pour un montant de 4, 435 milliards de francs CFA et d'une contrepartie du Sénégal à hauteur de 699 millions de francs CFA.

L'adjointe au gouverneur en charge du développement, Fatou Makhtar Fall Faye, a expliqué le projet est venu en appoint dans la Langue de barbarie pour permettre la construction d'un ouvrage d'enrochement de 2150 mètres linéaires, afin de lutter contre l'érosion côtière et "améliorer les conditions de vies des populations, pour sauvegarder leurs activités de pêche".

Les experts, les membres du comité de pilotage et le maitre d'oeuvre, relève-t-elle, sont aujourd'hui tous conscients de l'urgence pour la réalisation de ces ouvrages.

D'ailleurs, elle souligne que même le chef de l'état, Macky Sall, en conseil des ministres du mercredi 19 février, a rappelé au gouvernement "l'importance qu'il accorde à la réalisation dudit projet de protection côtière".

Mme Faye a noté que l'érosion côtière est entrain de causer "d'énormes difficultés dans la région de Saint-Louis", ajoutant que la validation de l'étude d'impact environnemental a été également un point important que le comité a abordé.

"Les réserves émises sur ce rapport sont en train d'être corrigées, pour enfin passer à l'audience publique", a-t-elle indiqué.

Au cours de la rencontre, un comité scientifique de suivi a été mis en place, en relation avec l'IRD, l'UGB et l'UCAD, précise l'adjointe au gouverneur.

Ce projet circonscrit à la commune de Saint-Louis aura un impact sur tout le long de la Langue de Barbarie", ajoute-t-elle.

De son côté, Pape Aldiouma Cissé, chargé des projets techniques à l'agence développement municipal (ADM), a relevé l'intervention de l'état du Sénégal dans une première phase en 2017 pour faire un faire un projet de protection, suite au constat sur les phénomènes de l'érosion côtière au niveau de la Langue de Barbarie.

A la suite ce projet, a-t-il expliqué, l'état, avec l'accompagnement de l'agence française de développement (AFD), compte ériger un mur de protection d'enrochement sur 2150 mètre linéaires.

Précisant que ce projet est une réponse d'urgence, M. Cissé souligne que "l'état est en train de travailler avec ses partenaires pour une solution durable, après les études de modélisation pour bien voir le comportement et la réplétion du phénomène de manière cyclique, pour mettre en place des mesures d'atténuation et de gestion durable environnementale".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.