Algérie: Presse électronique - Elaborer des textes "claires" pour réguler et développer le créneau

Alger — Des spécialistes et des professionnels des médias ont souligné mercredi à Alger la nécessité de réglementer la presse électronique en élaborant des "textes assez claires" pour consacrer son développement dans le respect de l'éthique de la déontologie.

Ils intervenaient, lors du premier atelier organisé par le ministère de la Communication intitulé "Presse électronique: réalité et perspectives".Pour Belkacem-Ahcene Djaballah, journaliste et spécialiste des médias, il y a une "volonté de bien faire et d'impulser le changement" pour apporter des améliorations au paysage médiatique, surtout l'élaboration de textes "assez claires" qui embrassent toutes les parties de ce paysage, particulièrement en ce qui concerne l'information électronique.

De son côté, le journaliste Djamel Maafa a indiqué que la décision des pouvoirs publics d'organiser la presse électronique était "salutaire", parce que les avancées technologiques, le développement d'internet et surtout les contenus au niveau du digital contraignent l'Algérie à s'adapter et à être au diapason de ces évolutions, en défendant son propre contenu informationnel.Pour M. Maafa, ceux qui auront à exercer ce métier doivent être des professionnels de la presse avec un respect scrupuleux de l'éthique et de la déontologie.

Il a relevé que le grand problème des contenus sur internet consiste notamment en les "fake news", d'où la nécessité, selon lui, d'avoir des professionnels des médias pour s'assurer de la véracité de l'information avant de la diffuser.Il s'agit de régler les problèmes d'infrastructure et d'internet, sa disponibilité, le débit ainsi que le payement en ligne, car c'est une activité qui doit faire générer de l'argent, en permettant de vendre et de facturer en ligne.

M. Grar a assuré qu'en Algérie, il n'y avait pas de problème technique, mais plutôt de volonté (politique), ajoutant que le problème est qu'on essaie de gérer une activité libre, qui évolue rapidement avec des mentalités "rétrogrades".Laïd Zeghlami, spécialiste des médias, a estimé, lui, que la presse électronique était "un nouvel outil qui nous permet de s'accommoder avec la réalité mondiale, la numérisation", relevant que l'Algérie ne peut se permettre d'être à la marge de ces transformations.

Il a indiqué qu'il fallait un statut juridique pour ces entreprises de presse, mais également de la formation pour les journalistes, pour qu'ils fassent leur travail d'information, de service public, dans le respect de l'éthique et de la déontologie.

Pour Hacene Nait AMara, responsable du site Times Algérie, les difficultés pour les médias électroniques résidaient dans "ce statut qui n'existait pas", les poussant à travailler dans l'illégalité."Il y a un début d'un travail, l'ouverture d'un chantier pour que la presse électronique acquiert son rôle dans le paysage médiatique", a-t-il dit.Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait instruit, début février, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, à l'effet de procéder à la "régularisation de la situation juridique des journaux électroniques domiciliés en Algérie".Ces médias seront traités "au même pied d'égalité" que la presse nationale écrite en matière de couverture des activités nationales et officielles et d'accès à la publicité publique, "et ce dans le strict cadre de la loi et de la déontologie de la profession", avait-il affirmé.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.