Congo-Brazzaville: ART plastique - Vanessa Gasléne Manta bénéficie du soutien de la ministre de la Santé

L'artiste participera du 17 au 30 mars prochain à une exposition collective qui se tiendra en Tanzanie, grâce au renouvellement de la bourse de recherche et de création accordée par la ministre de la Santé, Jacqueline Lydia Mikolo.

La bourse qui a pris fin en 2019 a été renouvelée cette année par la ministre de la Santé. Pour encourager l'artiste dans son travail, la ministre de la Santé, de la Population et de la Promotion de la femme et de l'Intégration de la femme au développement, Jacqueline Lydia Mikolo a jugé bon de reconduire son soutien.

Vanessa Manta est artiste plasticienne, photographe et réalisatrice congolaise. La bourse dont elle a bénéficié l'année dernière lui avait permis d'acheter du matériel de peinture, un appareil photo, un caméscope, et de subvenir à quelques autres besoins.

« L'an dernier j'ai représenté le pays à Ouagadougou lors d'un festival international de peinture. J'avais payé mon billet, grâce à cette bourse. L'année surpassée toujours avec cette subvention j'avais participé au festival Murmure au Burkina Faso où j'avais obtenu le prix du jury et, aux ateliers j'ai obtenu l'an dernier le prix d'Ouganda. Cette assistance m'a également permis de suivre une formation sur la réalisation cinématographique. L'expérience acquise m'a permis de réaliser mon premier film qui a été d'ailleurs nominé dans la catégorie des meilleurs films documentaires lors de la deuxième édition des Kamba's Awards, trophée d'excellence du cinéma congolais », a-t-elle signifié.

Ce premier documentaire s'intitule « Une paire d'âmes », un film de quatorze minutes dans lequel Vanessa Manta relate l'histoire d'un jeune peintre sourd muet qui avait des difficultés à l'école. En effet, il a été aidé par un ami pour peindre les tableaux et celui-ci lui servait également d'interprète dans la vente de ses oeuvres. Les deux ont formé une paire d'âmes, tant sur le plan physique que spirituel.

L'artiste a travaillé en tant qu'assistante régisseur de plateau aux côtés de la réalisatrice française Yamina Benguigui. « C'est depuis lors que j'ai eu la motivation de réaliser un film. », a-t-elle déclaré.

Pour ce qui est de la photographie, Vanessa dans « Trouble » parle de sa peur : « C'était la première expérience que j'ai acquise lors de la septième édition de la rencontre internationale d'art contemporain. J'ai parlé de ma propre peur, les sensations que j'arrivais à recevoir quand je dormais la nuit. », a-t-elle dit.

Elle a remercié la ministre de la Santé et la directrice artistique des ateliers Sahm, Bill Kouelany, pour leur assistance multiforme. Ancienne élève de l'école de peinture de Poto-Poto, l'artiste évolue depuis 2015 aux ateliers Sahm. Vanessa Gasléne Manta est aussi designer.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.