Congo-Brazzaville: Affaires sociales - Les conseillers planchent sur le projet de loi modifiant le statut des personnes handicapées

Les lignes directrices des trois projets de rapports établis par trois commissions d'études mises en place par le secrétariat exécutif permanent du Conseil des personnes handicapées sont soumises aux conseillers pour examen et adoption à la faveur d'un atelier organisé à Brazzaville.

Dans le cadre de la mise en œuvre du plan d'action de la loi modificative du statut des personnes handicapées, un atelier de validation des rapports sur la scolarité des enfants handicapées, la réadaptation fonctionnelle et l'harmonisation de la législation des personnes handicapées s'est ouvert le 20 février, à Brazzaville, sous le patronage du secrétaire exécutif permanent du conseil consultatif des personnes vivant avec handicap, Jean de Dieu Goma.

Cet atelier, qui va se tenir sur deux jours, se fixe comme objectif majeur de faire valider par le plénum des conseillers les trois rapports avant de les soumettre au gouvernement pour l'élaboration des politiques nationales en la matière.

« En déhors de ces rapports, le conseil consultatif examinera également l'affaire relative au recrutement des personnes vivant avec handicap à la Fonction publique, qui reste à ce jour l'apanage d'un collectif des leaders des associations des personnes vivant avec handicap dont les actions deviennent douteuses », a déclaré Jean de Dieu Goma, soulignant que la revisitation des lois locales en faveur des personnes handicapées est de nos jours une exigence.

Le parlement Panafricain au sein duquel se trouvent entre autres les présidents des deux chambres du parlement de notre pays, a-t-il poursuivi, a conduit le processus d'élaboration et d'adoption le 11 octobre 2019, à Midrand en Afrique du sud, d'une loi type africaine sur le handicap. Celle-ci qui tire aussi son inspiration de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées est considérée comme l'instrument juridique de référence pour faire évoluer les législations africaines en matière de promotion et de protection des personnes handicapées .

Enfin, le secrétaire exécutif permanent du conseil consultatif des personnes vivant avec handicap a rappelé à l'auditoire les dispositions pertinentes de la Constitution du 25 octobre 2015 qui prévoit à son article 29 que la scolarité est obligatoire jusqu'à l'âge de seize ans. Malheureusement, a-t-il déploré, les enfants et jeunes handicapés ne bénéficient pas de cette disposition par manque souvent de structures d'accueils adaptées et d'enseignants qualifiés. "Nombreux de ces enfants s'arrêtent au collège, et peu d'entre eux n'atteignent le niveau supérieur. Cependant, le commun des mortels se pose la question de savoir pourquoi les écoles spécialisées ne dépendraient-elles pas du ministère de l'Education nationale dès lors que c'est bien celui-ci qui gère à la fois les enseignants et le système pédagogique ?", s'est interrogé Jean de Dieu Goma.

Notons que le secrétariat exécutif permanent assiste le Conseil consultatif des personnes vivant avec handicap dans sa volonté à atteindre les objectifs qui lui sont assignés juridiquement par la loi organique du 7 août 2018. Ces objectifs sont ceux que le conseil poursuit à travers ses missions définies à l'article 1er de la loi organique : « émettre des avis sur la condition de la personne vivant avec handicap et de faire au gouvernement des suggestions visant une meilleure prise en charge de cette catégorie sociale », a-t-il expliqué.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.