Mauritanie: 14 personnes arrêtées, dont des militants des droits humains

Prison

Quatorze personnes, dont des militants des droits humains, ont été arrêtées ces derniers jours et présentées à la justice pour avoir, selon leurs proches, exprimé des opinions favorables à la laïcité.

La police mauritanienne a évoqué leur participation à des réunions non autorisées pour justifier ces arrestations. Quatre personnes ont été relâchées, mais restent sous contrôle judiciaire et les dix autres ont été renvoyées à la Sûreté d'État, la police politique, pour complément d'enquête.

Les interpellations ont commencé le 13 février dernier. Elles ont notamment touché des personnalités connues pour leur militantisme en faveur du respect des droits humains.

C'est le cas de Aminetou Mint Moctar Ely, la présidente de l'Association des femmes chefs de familles, plusieurs fois récompensée pour son engagement en faveur des droits de l'homme. C'est aussi le cas de Mekfoula Mint Brahim, lauréate du prix franco-allemand des droits de l'homme en 2018 et décorée de la Légion d'honneur française.

Les interpellations ont ciblé pratiquement tous les membres de l'Alliance pour la refondation de l'État mauritanien, un mouvement fondé par des intellectuels mauritaniens et dont l'existence a été révélée au grand public par cette vague d'arrestations.

Dans un communiqué publié mercredi, l'ONG de défense des droits humains, Amnesty International, s'est dite extrêmement préoccupée par ces interpellations de défenseurs des droits de l'homme en Mauritanie, dont ces célèbres féministes.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.