Kenya: Recours à la force létale par la police à Nairobi

communiqué de presse

Depuis le 25 décembre 2019, la police kenyane a abattu au moins huit personnes dans les quartiers de Mathare, Kasarani et Majengo à Nairobi, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch. Des policiers continuent de tuer des suspects et des manifestants malgré les nombreux appels à la cessation du recours excessif à la force.

Ces homicides font suite à de nombreux autres incidents marqués par le recours à la force létale dans les quartiers défavorisés de la capitale, Nairobi. Les autorités kenyanes devraient enquêter d'urgence sur ces cas et veiller à ce que les responsables soient traduits en justice.

« Des policiers kenyans ont tué des jeunes hommes sans se soucier des règles relatives au recours à la force », a déclaré Otsieno Namwaya, chercheur senior auprès de la division Afrique de Human Rights Watch.

En vertu de la Loi de 2011 sur les procédures de la police nationale du Kenya, la force létale n'est justifiée que lorsqu'elle est strictement inévitable pour protéger la vie. Les forces de sécurité kenyanes devraient également respecter les Principes de base des Nations Unies sur le recours à la force et l'utilisation des armes à feu par les responsables de l'application des lois.

Les agents de police sont également tenus de signaler tout incident ayant entraîné un décès ou de graves blessures à l'Autorité indépendante de surveillance de la police (Independent Policing Oversight Authority, IPOA), créée en 2011. Toutefois, les enquêtes de l'IPOA n'ont abouti qu'à six condamnations depuis 2013, année durant laquelle cette agence est devenue opérationnelle, et plus de 2 000 affaires sont actuellement en cours d'examen.

Plus de: HRW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.