Seychelles: Un Projet «Ridge to the Reef» de 31 millions de dollars pour protéger les écosystèmes des Seychelles de la montagne à la côte

Un projet unique en son genre aux Seychelles montrera une approche intégrée de la gestion des écosystèmes marins, côtiers et terrestres de la nation insulaire, qui s'étend du sommet de la montagne au littoral.

Le projet de 31 millions de dollars, Ridge to the Reef, sera mis en œuvre sur six ans. Il est cofinancé par le gouvernement des Seychelles, le Programme des Nations Unies pour le développement (UNDP) et les sociétés civiles.La signature officielle du document de projet s'est tenue mercredi au siège des Affaires étrangères entre la représentante résidente du UNDP Amanda Serumaga et Alain Decomarmond, secrétaire principal pour l'environnement du ministère de l'environnement, de l'énergie et du changement climatique.

"Tout d'abord, il va se concentrer sur l'amélioration de la gestion et de la conservation non seulement des écosystèmes agricoles et des forêts de montagne, mais aussi des écosystèmes côtiers et marins", a déclaré Mme. Serumaga.La signature officielle du document de projet a eu lieu mercredi au siège des Affaires étrangères.

Le représentant du UNDP a en outre expliqué que "l'idée du projet Ridge to Reef est que nous devons avoir une gestion durable de nos écosystèmes et de la biodiversité afin de garantir certains espèces existant que les gens souhaitent garder aux Seychelles".L'objectif du projet est d'entreprendre une approche globale de Ridge to Reef répondant aux priorités de «l'île entière» en matière de gestion et de conservation améliorées.

Il est également conçu pour réduire les menaces pesant sur la biodiversité d'importance mondiale en renforçant le système national d'aires marines protégées et en réduisant les impacts terrestres négatifs sur ces écosystèmes.Inverser la dégradation des terres dans les zones en dehors des zones officiellement protégées, conduisant à des impacts positifs et renforcer les capacités et les partenariats pour promouvoir l'approche R2R.

«Le projet comportera une très forte composante de sensibilisation communautaire, éduquant le grand public, les différents groupes de la société. Il y aura la participation d'associations et de jeunes. Il y a des ressources dans le projet pour assurer qu'il y ait suffisamment d'éducation de sensibilisation de tous les groupes ", a expliqué M. Decomarmond.Le Secrétaire principal a souligné que l'accent sera mis sur les zones clés pour la biodiversité dans les montagnes qui ne sont pas encore marquées comme zones protégées.

Ces zones où le projet se concentrera seront sur Mahé et Praslin - les îles principales et deuxième plus peuplées - et sur l'île Curieuse - un parc terrestre et marin des Seychelles.TRASS - une organisation à but non lucratif basée à Praslin - mettra en œuvre le projet sur l'île. Elvina Henriette, consultante en biodiversité travaillant avec TRASS, a déclaré que l'activité principale sera la replantation d'arbres et d'autres plantes dans les zones montagneuses.

"Ce projet est crucial car il y a une connectivité entre les montagnes, les rivières et la côte. Tout ce qui se passe en haut a un impact direct sur ce qui se passe en bas. On ne peut pas avoir un programme qui ne regarde que d'un côté mais il faut considérer une approche paysagère pour que tout ce qui se fait en montagne ait un impact positif sur le récif ", a expliqué Mme. Henriette à la SNA.

Sur la côte, le projet vise à créer des zones spécialement protégées pour que les tortues pondent leurs œufs pendant la saison de reproduction.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.