Angola: Des gouvernants s'attaquent à la traite d'êtres humains et à la prostitution des enfants

Luanda — La ministre d'État en charge su secteur social, Carolina Cerqueira, a abordé jeudi, à Luanda, lors d'une rencontre avec des membres du Gouvernement, des questions liées à la traite d'êtres humains et à la prostitution des enfants.

L'objectif principal de la réunion était d'analyser les questions ayant trait aux derniers développements de la traite d'êtres humains et de la prostitution des enfants en Angola, dont les niveaux ont récemment atteint des «proportions alarmantes».

Après une longue discussion sur le sujet, il a été recommandé que, dans une semaine, les ministères et institutions concernés élaborent un Plan stratégique intégré qui sera soumis au Titulaire du Pouvoir Exécutif pour son application «d'urgence».

Selon le secrétaire d'État à la Communication sociale, Celso Malavoloneke, le plan devrait contenir les actions sectorielles de chaque institution, ainsi qu'une stratégie et un plan de communication pour assurer la complémentarité et la visibilité de ces actions.

Le responsable a indiqué que les tâches devraient se concentrer sur «un plus grand contrôle» des mouvements de mineurs dans les aéroports et postes frontiers et sur «l'intensification des actions pour détenir les immigrants illégaux», en particulier ceux impliqués dans des activités illégales telles que la prostitution et traite d'êtres humains. Le plan comprendra également le rétablissement psychologique et le conseil aux victimes par le Ministère de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la Femme, ainsi qu'une campagne de sensibilisation aux habitudes culturelles qui sont à la base de la traite d'êtres humains.

La campagne se déroulera à la fois au niveau des médias, à travers la mobilisation de la société civile, des églises et des organisations communautaires, a ajouté le secrétaire d'État

La réunion a également décidé de lancer une campagne de sensibilisation sur «l'utilisation responsable d'Internet» par les adolescents et les jeunes, principalement les femmes.

Cette recommandation est liée au fait que de nombreux cas d'enlèvements, d'esclavage sexuel et même de décès sont causés par des rencontres avec des individus avec lesquels les adolescents ont pris contact via les réseaux sociaux.

La rencontre, assistée par la secrétaire du Président de la République pour le secteur social, Fátima Viegas, a compté sur la participation des ministres de la santé, Sílvia Lutucuta, de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme, Faustina de Almeida Alves, et de la Culture, Maria da Piedade de Jésus.

Les secrétaires d'État aux droits de l'homme, Ana Celeste, de la communication sociale, Celso Malavoloneke et de l'Education, Jesus Baptista, ainsi que des représentants du ministère de l'Intérieur, ont également pris part à la réunion.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.