Madagascar: Affaire Tahisy - Deux sur quatorze personnes jetées en prison

Enfin. L'affaire Tahisy ayant défrayé la chronique est en partie bouclée. Hier, l'époux de cette jeune mère, décédée avec son bébé à l'accouchement, a été mis sous les verrous pour violences commises sur elle. Un médecin se trouve également en prison avec lui, pour pratique illégale de médecine lors de la maternité de Tahisy.

La police judiciaire a rapidement transféré l'affaire devant le Parquet dès que son enquête est terminée. Selon elle, quatorze individus dont le mari de la victime, une sage-femme et des médecins ont été traduits, hier depuis le début de l'après-midi. Ils ont été enquêtés par le juge d'instruction dont la citation a été connue dans les heures suivantes.

Les détails de l'investigation effectuée autour de ce décès restent confidentiels, comme l'a souligné la police. Ils concernent en fait une vie privée entière qui est loin d'être ébruitée.La mort de Tahisy remonte au 10 février. Elle a accouché à la maternité de Befelatanana. Son mari a expliqué qu'elle était victime de fièvre jaune. De là, le jeune père a publié sur facebook ses photos et le bébé inanimés sur une table. Vingt-quatre heures plus tard, d'autres publications ont divulgué ses messages privés avec Tahisy et la photo d'elle agressée physiquement.

Au fil de ce buzz, même la première Dame Mialy Rajoelina a réagi dans la page officielle de l'Association Fitia et condamné tout acte de violence commis sur les femmes, en particulier cette mère décédée. Puis après, l'intervention du mari de la malheureuse et d'autres membres de leur famille dans deux chaînes locales ont encore explosé le buzz. Sans tarder, la police s'est autosaisie pour ouvrir une enquête.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.