Congo-Kinshasa: Bukavu - Jeanine Mabunda rassure la population

La journée de jeudi 20 février 2020 était fortement chargée pour Mme Jeanine Mabunda Lioko, Présidente de la Chambre basse du parlement. Elle qui poursuit sa mission d'écoute au Sud-Kivu et particulièrement à Bukavu a, après avoir conféré avec les politiques de toutes tendances ainsi que les officiels, l'élue de Bumba a reçu Monseigneur Francois-Xavier Maroy autour des préoccupations profondes de la société, de l'église en tant qu'observateur averti et impartial.

Au sortir de cette audience, le prélat catholique a apprécié la démarche de la Présidente de l'Assemblée nationale consistant à écouter la base. Parmi les points essentiels évoqués entre les deux personnalités, l'on peut évoquer l'insécurité qui compromet tout développement au Sud-Kivu.

Lors de cette rencontre, Monseigneur Maroy a démontré que la guerre n'est jamais une bonne chose et que le gouvernement central doit mettre tout en marche pour mettre fin à l'existence de ces groupes armés qui sèment la terreur dans cette partie du pays.

Face-à-face avec les forces vives de Bukavu

Ne s'étant pas limitée là, Mme Jeanine Mabunda s'est entretenue de manière franche et sincère avec toutes les composantes de la société civile. Des enseignants, médecins, étudiants, membres des ONG, syndicalistes et autres professions libérables ont pris d'assaut la salle Kaningu pour avoir de la lumière sur des questions nationales. Et ce, en présence de leurs élus nationaux. Dans une attitude d'écoute, Jeanine Mabunda qui n'a pas la prétention d'être experte en tout a donné quelques réponses en expliquant qu'elle doit à chaque fois consulter l'exécutif national qui a la mission de répondre aux besoins sociaux de la population.

Les interventions de l'assistance étaient essentiellement portées sur les matières suivantes: la rétrocession aux provinces ; l'opacité des marchés publics ; l'indemnisation des victimes de violences sexuelles ; la dégradation des routes ; l'impaiement des Députés provinciaux ; les constructions anarchiques ; l'intégration des démobilisés ; la promotion et les emplois pour la jeunesse. C'est dans une ambiance de joie que ce dialogue s'est terminé en présence de l'autorité provinciale du Sud-Kivu.

Réconfort aux femmes victimes de violences sexuelles à Panzi

Difficile de visiter le Sud-Kivu sans jeter un coup d'œil sur le grand travail humanitaire qu'abat Docteur Denis Mukwege et son équipe dans le quartier périphérique et pauvre de Pangi. Lors de son passage, tout juste après sa rencontre avec les forces-vives de Bukavu, la Présidente de l'Assemblée nationale a été accueillie par le Docteur Fundiko, médecin chef de staff de l'hôpital général de référence de Pangi, en l'absence du prix Nobel de la paix et l'homme qui répare les femmes, Docteur Denis Mukwege en mission à l'étranger. 364 malades étaient internés ce jour dont une centaine de femmes victimes de violences sexuelles.

Docteur Fundiko a brossé brièvement le tableau peu reluisant de ces violences qui sont loin de s'arrêter dans la province du Sud Kivu. Il a également étalé les défis et difficultés de cet hôpital qui aide les femmes à retrouver le goût de la vie après des viols et autres traumatismes. Ayant œuvré dans ce secteur, l'élue de Bumba a tout noté afin d'en parler au Premier ministre et aux ministres concernés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.