Congo-Kinshasa: Double tranchant...

L'interpellation, le mercredi 19 février, du Directeur général statutaire de l'entreprise de génie civil Safricas Congo s.a. sans faire l'effet d'une bombe à fragmentation, n'en a pas moins secoué le cocotier sur lequel sont juchés les "kuluna en cravate" qui savent, dorénavant, à quoi s'en tenir.

Tant il est vrai que David Blattner n'est pas de ceux que l'on qualifierait avec légèreté de menu fretin. A l'ombre de son père, l'homme dirige un véritable empire dont la face visible de l'iceberg familial comprend, outre la branche génie civil avec son pendant, la Société de broyage africaine (SBA sprl), l'aviation (Fly CAA sprl), une usine à gaz etc.

La surprise, c'est de découvrir, enfin, que Safricas s.a. était l'un des adjudicataires des marchés passés de gré à gré avec la Présidence de la République pour la construction des sauts-de-mouton au centre d'une controverse aux retombées imprévisibles. Au moins, l'intérêt réside dans le fait que l'on saura, enfin, qui sont les bénéficiaires de l'exécution des différents chantiers, étant entendu que dans ce type des travaux, il est coutumier de répartir les divers ouvrages à exécuter par lots. Et il n'est pas certain de Safricas s.a. ait remporté tous les marchés. A considérer que sept sauts-de-mouton sont prévus sur différentes artères, la transparence commande que soient dévoilés, non seulement, les autres entreprises concernées, mais aussi (et c'est le plus important), les montants reçus et leur affectation effective.

Mais, la démarche voulue citoyenne par la justice risque de se heurter contre le mal congolais du trafic d'influence, sous-tendu par la redévabilité des bénéficiaires des inévitables rétro-commissions planqués dans les coulisses feutrés du pouvoir. L'exemple du clan Khanafer, accusé dans les années 90 de contrefaçon à grande échelle du Zaïre monnaie, reste emblématique. Expulsés, ils sont revenus au pays quelque temps après, en toute impunité. Comme pour dire que la détention d'un gros poisson de la trempe de David Blattner est un couteau à double tranchant. Dans l'éventualité où l'homme, et ceux qui viendront après lui ne seront pas formellement inculpés ni, surtout pas incarcérés, le doute persistera, quant à la volonté réelle de la justice à mener à bout les investigations.

Auquel cas, l'interpellation de David Blattner prendrait les allures d'une stratégie finement pensée tendant à montrer que la croisade du Chef de l'Etat contre la corruption est soutenue par un système judiciaire longtemps gangrené par les antivaleurs. Puisqu'il persiste tout de même une question : pourquoi le choix en premier du fils Blattner, et non toute la colonne d'entrepreneurs indélicats présumés ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.