Rwanda: Mort de Kizito Mihigo, l'opposition dénonce un "assassinat politique"

21 Février 2020

Diane Rwigara, Bernard Ntaganda et Victoire Ingabire sortent du silence. Ces opposants rwandais ne croient pas à la thèse du suicide du chanteur Kizito Mihigo.

Ils sont tous revenus sur la version de la police rwandaise qui dit que Kizito Mihigo se serait pendu à une fenêtre de sa cellule à l'aide d'un drap.

L'opposition rwandaise basée à l'étranger a rejeté cette thèse, avançant à la place celle d'un assassinat politique.

Mais jusqu'ici, aucun commentaire sur les réseaux sociaux n'a pu décrire les cellules de la station de police de Remera mieux que Diane Rwigara, la fille du défunt millionnaire rwandais, Assinapol Rwigara, qui y a vécu suite à son arrestation en 2017, alors qu'elle était accusée d'incitation à la violence.

"Je ne vois pas comment la thèse du suicide avancée par la police est possible. J'ai été en prison à Remera, il n'y a même pas de fenêtre. C'est plutôt des trous par lesquels l'air entre. Donc, je ne vois pas comment quelqu'un peut attacher des draps dans ce genre de trous", explique Diane Rwigara.

Elle préconise la mise en place d'une enquête indépendante pour élucider les raisons de la mort du chanteur.

Une enquête pas fiable

L'opposante Victoire Ingabire estime que cette enquête du Bureau national des enquêtes (RIB) n'aboutira à rien, d'autant plus que Kizito Mihigo était une figure de l'opposition.

"Je me rappelle qu'à un certain moment, j'ai rencontré le secrétaire général du RIB, le colonel Jeannot. Il m'a dit que même dans les pays développés comme les Etats-Unis, il y a des enquêtes qu'on fait mais qui n'aboutissent à rien. Donc je crois que les enquêtes pour les gens qui sont opposés au régime du FPR resteront toujours sans réponse. Donc, moi, je n'y crois plus."

Faire taire l'opposition

Beaucoup croient que la mort de Kizito Mihigo visait à faire taire l'opposition de l'intérieur du pays.

Bernard Ntaganda, président de la branche du parti PS Imberakuri, toujours non reconnu par le pouvoir.

"Aujourd'hui, c'est Kizito. Je pense que demain ce sera maitre Bernard Ntaganda, ou bien quelqu'un d'autre dans l'opposition."

L'opposant lance un message : "la mort de Kizito, comme celle des autres qu'on a assassiné, ne nous fera jamais reculer parce que nous avons une cause noble qui a un intérêt pour les Rwandais."

C'est sa fondation, le KMP, Kizito Mihigo pour la paix, qui l'a annoncé mardi dernier : la dépouille du chanteur célèbre sera inhumée sur la colline de Ndera ce samedi.

Pour l'instant, sa famille n'a fait aucune déclaration publique à propos de sa mort.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.