Algérie: Impératif de revoir la loi de 2004

Alger — Le président du Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (SNAPO), Dr. Messaoud Belambri, a mis l'accent, jeudi à Alger, sur l'impératif de revoir la loi 04-18 de l'année 2004 notamment le volet relatif à l'usage illégal des psychotropes.

S'exprimant en marge de la 4ème édition du Salon international de la pharmacie (SIPHAL 2020), le président du SNAPO a appelé le ministère de la Justice à accélérer la présentation du projet de loi modifiant la loi 04-18 de l'année 2004, au Gouvernement pour adoption "dans les plus brefs délais", afin de permettre "d'établir un arsenal juridique solide accompagnant le décret exécutif régissant les psychotropes, qui a été publié au journal officiel début de cette année".

Cette nouvelle loi "prémunira les professionnels des agressions qu'ils subissent, en imposant à l'encontre de leurs auteurs des peines allant de 5 à 10 ans d'emprisonnement".

Pour ce qui est de la nomenclature internationale commune qui entre dans le cadre des psychotropes, le Dr. Belambri a indiqué qu'elle concerne 90 dénominations dont 15 inscrites dans la liste des médicaments nationaux et 7 uniquement utilisées en tant que psychotropes en Algérie.

Il a salué, par ailleurs, le décret exécutif promulgué en 2020, fixant l'organisation et la gestion des psychotropes, "qui intervient après un long combat du SNAPO et le conseil de déontologie des pharmacien depuis plus de 20 ans, en ce sens qu'il a permis de trouver des solutions techniques et administratives quant à la commercialisation des psychotropes".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.