Ouganda: Accusée d'avoir cyberharcelé le président, la militante Stella Nyanzi acquittée

En Ouganda, un juge a acquitté le 20 février l'universitaire et militante féministe Stella Nyanzi, reconnue coupable, en août dernier, d'avoir « cyberharcelé » la famille du président Museveni. Un tribunal de première instance l'avait condamnée à un an et demi de prison pour des propos jugés « obscènes » visant Yoweri Museveni et sa mère sur Facebook.

En Ouganda, la Haute Cour a cassé le jugement du tribunal de première instance qui avait condamné la militante et écrivaine Stella Nyanzi à l'issue d'un procès qualifié de « comédie des erreurs ».

Le juge Henry Peter Adonyo a relevé, notamment, qu'aucun des 19 témoins de la défense n'avait été appelé à la barre. Dans la salle d'audience, pleine à craquer, quand Stella Nyanzi a compris que le juge l'avait acquittée, elle lui a envoyé un baiser.

À sa sortie du tribunal, l'ex-journaliste a aussitôt été entourée de femmes qui lui ont passé une écharpe où on pouvait lire « Nique l'oppression ».

Puis, des gardiens de prison ont tiré en l'air pour disperser la foule et ramener Stella Nyanzi manu militari à la prison de Luzira pour régler les détails de sa sortie.

Museveni « président illégal »

Lorqu'elle est sortie pour de bon, Stella Nyanzi a déclaré à la presse, sous les vivats de ses supporters, que Yoweri Museveni, « président illégal » de l'Ouganda, devait quitter le pouvoir.

Quelques-uns d'entre eux brandissaient les poésies que Stella Nyanzi a écrites en prison. L'un des textes dit : « Les poèmes des opprimés opprimeront les oppresseurs. Les poèmes nous rendront libres ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.