Sénégal: Ousmane Sonko - «Cirque de la gouvernance sobre et vertueuse»

21 Février 2020

Indexant de fait dans une note transmise à la presse hier, jeudi, « une supposée subite prise de conscience par Monsieur Macky Sall du niveau de gabegie sur fond de surfacturations que cachent les acquisitions de véhicules administratifs par l'État », Ousmane Sonko dira que « Les Sénégalais sont plus que lassés de ses simulacres d'indignations présidentielles jamais suivis d'effet tout simplement parce qu'il s'agit de juteux marchés impliquant les proches, amis et collaborateurs ainsi enrichis sans cause ».

Pour autant, l'ancien candidat à la présidentielle, sorti troisième de la course à la magistrature mettra en avant son ouvrage « Solutions pour un Sénégal nouveau », publié en septembre 2018 et notamment ce qu'il disait sur la question.

Pour Ousmane Sonko ainsi : « Le gaspillage est l'autre moyen de dilapidation des ressources. Les dépenses politiques fantaisistes avec la démultiplication de ministères, la création tous azimuts d'institutions politiques et d'agences, uniquement pour caser une clientèle politique de partisans et d'alliés, véritables parasites étatiques ; ce qui provoque une hausse énorme et irrationnelle de la masse salariale et des dépenses de fonctionnement » et de poursuivre : « Il prend aussi la forme de commandes en matériels administratifs ne répondant à aucune nécessité, pour enrichir des « entrepreneurs » choisis qui, à leur tour, ristournent une part à ces mêmes autorités. Il n'est qu'à voir le volume du parc automobile de l'État pour s'en rendre compte, certaines autorités sont dotées de deux, trois voire plus de véhicules allant des berlines de luxes aux grosses cylindrées 4X4 ».

Conséquence, relevait-il, « Partout dans les rues de Dakar gisent des véhicules de l'État qui, faute d'entretien, deviennent des épaves et finissent à la ferraille. C'est des centaines de milliards qui sont gaspillés ainsi d'année en année, dans l'indifférence totale ».

Qui plus est, a relevé Ousmane Sonko, « Quand j'étais fonctionnaire, ce qui me choquait beaucoup, c'était le rythme auquel le mobilier et le matériel de bureau étaient renouvelés alors que l'existant était encore intact.

Et il n'était pas rare de retrouver du matériel de qualité délaissé dans la cour et détérioré progressivement par l'exposition au soleil et à la pluie. Et encore, on ne parle pas ici des énormes budgets engloutis par les consommations d'électricité au delà même des heures de travail ni de carburant ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.