Afrique de l'Ouest: IBK lance un appel à la pour accélérer la lutte contre la faim dans le Sahel

21 Février 2020

Lors d'une conférence de presse à l'ouverture des travaux de la 43ème session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de développement agricole (Fida) le 11 février dernier à Rome, le Chef de l'Etat du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, a appelé la communauté internationale à la solidarité dans un «contexte d'aggravation de la crise alimentaire au Sahel».

«Le terrorisme est un phénomène complexe, difficile auquel nos Etats ont à faire face et pour lequel nous souhaitons la solidarité internationale.

Non pas parce qu'on se soucie de nous. Nous ne sommes pas non plus des mendiants qui tendent nos sébiles, qui parcourent le monde pour le faire, nous disons que nous sommes en devoir et à mission du monde entier et que notre espace qui a été investi par des gens qui n'ont pas été invités».

C'est en ces termes que le Chef de l'Etat du Mali, Ibrahim Boubacar Keita a lancé un «appel à la communauté internationale pour qu'elle conjugue ses efforts et fasse preuve de solidarité afin d'éradiquer la faim et la pauvreté au Sahel».

Il s'exprimait lors d'une conférence de presse le 11 février dernier à Rome, à l'ouverture de la 43ème session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de développement agricole (Fida) sur le thème «Investir dans des systèmes alimentaires durables pour éliminer la faim d'ici à 2030».

«Aujourd'hui, il y'a un problème de survie du Sahel mais audelà du Sahel, du monde, c'est pour cela, je dis que nous sommes une digue et si cette digue-là venait à rompre, alors, personne ne sera en paix.

Donc, il s'agit simplement d'une solidarité obligée, intelligente et non pas de charité que l'on fait à tel ou tel car, nous sommes des peuples dignes», a ajouté IBK. Toutefois, il a salué les efforts fournis par le Fida au Mali.

«Ce que le Fida a fait chez nous est de qualité évidente et a permis, malgré tout, à des hommes confrontés à une agression absolument inqualifiable qui rejette toutes nos valeurs, de résister, se tenir debout et garder leur dignité.

Je sais ce que vous apportez à nos pays et combien vos missions sont cruciales pour le bien de nos pays», a déclaré le Président Malien.

Dans la foulée, il ajoute : «nous avons eu une récolte record de 10 millions de tonnes de céréales mais ce n'est toujours pas suffisant. Tout le problème est d'atteindre des zones enlisées dans des conflits».

«NOUS SAIGNONS MAIS NOUS VAINCRONS»

IBK est catégorique face au terrorisme. «Le Mali n'abandonnera jamais. Ni nous, ni les autres pays du Sahel. Nous saignons mais nous vaincrons. Et nous avons encore besoin du Fida pour nous aider à atteindre la masse critique, la plus-value», a averti le Président du Mali.

Mieux, dit-il, «les problèmes de sécurité entravent la distribution de nourriture même si les agriculteurs ont connu une récolte exceptionnelle. A en croire le Président Malien, «les terroristes ont gravement nuit aux zones rurales.

Les agriculteurs et les éleveurs abandonnent leurs champs et leur bétail dans la peur, et les marchés alimentaires locaux restent vides, a indiqué Ibrahim Boubacar Keita.

Il faut dire qu'au Mali, 60% de la population vit dans des zones rurales où l'agriculture et l'agro-pastoralisme sont les principales activités, et la pauvreté atteint 53%.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Afrique de l'Ouest

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.