Sénégal: Pose de première pierre du Stade du Sénégal - Macky donne le coup d'envoi

21 Février 2020

Le président de République, Macky Sall a procédé hier, jeudi 22 février à la pose de première pierre du stade du Sénégal. Accompagnée d'une forte délégation, il a réitéré sa volonté d'accompagner la jeunesse à travers le sport

C'est dans une ambiance de fête rythmée par des sonorités musicales et des couleurs beige-marron que c'est tenue la cérémonie de pose de 1ère pierre du stade du Sénégal hier, jeudi 22 février à Diamniadio à quelques encablures de l'aéroport international Blaise Diagne sous la présence de haute autorité du football mondial à l'image de Fatma Samoura, du double ballon d'or africain, El Hadji Diouf parmi tant d'autres.

35 ans après la construction du stade Léopold Sédar Senghor en 1985, le Sénégal va se doter d'une nouvelle infrastructure sportive répondant aux normes internationales ce, en perspective des jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) de Dakar 2022.

Le Sénégal continue ainsi d'investir pour la réalisation d'infrastructures sportives de haute qualité.

Le président Macky Sall a en effet souligné qu'il «est résolument engagé dans le renforcement et la modernisation des infrastructures sportives au plus grand bonheur des sportifs et des citoyens».

Attendu dans 17 mois (20 août 2021 date d'inauguration), ce stade d'une capacité d'accueil de plus de 50000 personnes dédié principalement au football pourra également accueillir d'autres activités.

PLUS QU'UN STADE DE FOOTBALL

Le projet comprend 1 stade annexe doté d'une piste d'athlétisme et d'une tribune de 2000 places, un stade d'entrainement multifonctionnel, 4 vestiaires, 1664 sièges réservés à la presse, 40 desks réservés aux commentateurs, 7 infirmeries entre autres activités.

Confié à la SOGIP et sous la supervision du ministre des sports, ce stade dont le coût est estimé à hauteur de 156 milliards de nos francs sera réalisé par l'entreprise turque SUMMA.

Tenant beaucoup au respect du délai, le président Macky Sall n'a pas manqué de mettre la pression sur les différentes parties prenantes afin de livrer le stade à date échue.

A cet effet, il affirme : «pour relever le défi du fast-track et livrer l'ouvrage qui nous réunit aujourd'hui, je compte sur votre engagement.»

Pour lui c'est une réponse à sa politique «liguéyal euleg» car dit-il, «investir dans l'avenir c'est investir dans la jeunesse au niveau de l'éducation et de la formation professionnelle, des politiques de promotion de l'emploi et de l'entreprenariat, de la santé et du sport qui demandent des facteurs essentiels d'inclusion sociale».

Pour y arriver le président Sall compte «renforcer les capacités de la jeunesse dans tous les domaines et particulièrement dans le domaine du sport en dotant le Sénégal d'infrastructures modernes aptes à favoriser l'éclosion de nos travaux et de nos potentialités».

Poursuivant sa péroraison et en guise d'illustration, le président Macky Sall affirme «c'est cette ambition qui justifie la décision historique de doublement du budget du ministère des sports depuis 2017 ainsi que la décision d'organiser les JOJ de 2022».

Sur ce, il a remercié Mamadou Diagna Ndiaye, président du comité national olympique du Sénégal pour son dévouement pour le développement du sport.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.