Algérie: Protection et promotion de l'enfant - Le pays "a franchi de grands pas"

Bouira — L'Algérie "a franchi de grands pas" en matière de protection et de la promotion de l'enfant, grâce à la loi établi en 2015 et aux différents mécanismes mis en place pour protéger les enfants face aux différents fléaux sociaux, a indiqué jeudi à Bouira la Déléguée nationale auprès du Premier ministre, chargée de la protection et de la promotion de l'Enfance, Meriem Cherfi.

Lors d'un point de presse, l'hôte de Bouira a rappelé que l'Algérie avait installé en 2019 une commission thématique pour la prise en charge de la santé de l'enfant, dont la santé mentale notamment.

"Cette commission présidée par le professeur Tabti est composée de plusieurs spécialistes, dont l'objectif est de prendre en charge la santé de l'enfant en général", a souligné Mme Cherfi.

Dans ce cadre, Mme Cherfi a fait savoir que tout un rapport détaillé sur la situation de l'enfant en Algérie ainsi qu'une série de recommandations "seraient remis prochainement au président de la République pour prendre les décisions nécessaires".

La présidente de l'ONPPE a beaucoup loué les efforts consentis par le ministère de la Solidarité nationale ainsi que des autres partenaires dans la prise en charge de cette frange sociale, dont notamment les enfants atteints de maladies (autisme, trisomie).

"Nous veillons aussi à l'application de la convention des droits de l'enfant", a-t-elle ajouté avant de revenir sur le mécanisme de signalement sur le "N 11 11" en cas de toute atteinte à l'enfant à travers le territoire national.

A ce propos, Mme Cherfi a fait savoir que son instance avait recensé de 320 signalements depuis le début de l'année 2020.

La même responsable a assuré que tous ces appels étaient pris en charge avec des interventions directes ou par le biais d'enquêtes sociales afin de prendre les mesures nécessaires pour protéger l'enfant en coordination avec la justice et les autres secteurs concernés.

Lors de son intervention, la présidente de l'ONPPE a rendu un vibrant hommage aux enfants martyrs de la Révolution.

"L'enfant algérien reste aussi un symbole pour la Révolution nationale. Beaucoup d'enfants, dont le fameux p'tit Omar et autres, ayant sacrifié leur vie malgré leur bas âge pour contribuer à la libération du pays du joug colonial", a-t-elle souligné.

Elle s'est rendue ensuite au centre de l'enfance assisté de la ville de Bouira où elle s'est enquis de la situation des enfants pris en charge dans ce centre.

La même responsable a visité également une classe spéciale pour les enfants atteints d'autisme intégrés à l'école primaire Kheira Ould Houcine de la ville de Bouira.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.