Angola: Les bâtiments CIF One et Two fonctionne normalement

Luanda — Trois jours après la saisie des bâtiments CIF One et Two, à Luanda, par le Bureau du Procureur général de la République (PGR), dans le cadre du rapatriement forcé de capitaux et perte élargie de biens, les entreprises privées et les bureaux ministériels exercent leurs activités laborieuses normalement, dans le strict respect de la loi.

L'Angop a constaté jeudi lors d'une ronde aux édifices CIF One et Two, le mouvement des travailleurs dans les premières heures de la journée, sans aucune contrainte, principalement parce qu'il n'y avait aucune force policière sur le local.

Sur place, certaines personnes travaillant dans l'édifice CIF One, ont fait preuve de préoccupation quant au futur des respectifs postes d'emploi. Ils affirment n'avoir reçu aucune information de leurs employeurs concernant la situation actuelle de ces bâtiments.

À ce moment, seul le bâtiment CIF One est au service, ou fonctionnent des représentations ministérielles, des filiales de Sonangol et ses sociétés privées.

Dans les voisinages, il y a le bâtiment CIF Two, sans aucun mouvement par manque de clients, a appris l'Angop.

Le mandat de saisie nº 03/2020, daté le 17 février, signé par le Service national de récupération des actifs (SENRA) du PGR, est affiché à l'entrée des deux propriétés.

Lundi dernier (17 février 2020), le PGR a saisi les bâtiments CIF Luanda One et CIF Luanda Two, situés dans le district urbain d'Ingombota, municipalité de Luanda, sur l'avenue Primeiro Congresso do MPLA.

Il s'agit des immeubles appartenant auparavant à la société chinoise de droit angolais China International Fund (CIF) Limiteda.

Dans la séquence du procès, le PGR a désigné le Ministère de l'Aménagement du territoire et Habitat comme un dépositaire fidèle (pour s'occuper provisoirement de l'immeuble).

En fait, cette saisie s'inscrit dans le contexte d'un processus qui a déjà abouti à l'appréhension de plus de 1.000 immeubles à Zango 0 et Kilamba, construits avec des fonds publics qui étaient en possession des entités privées.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.