Sénégal: Boxe - Grâce au TQO, le Sénégal dispose de deux rings pour relancer la discipline (Matar Ba)

Dakar — La tenue au Dakar Arena de Diamniadio du tournoi de qualification olympique (TQO) de boxe permettra au Sénégal de disposer de deux rings et de relancer la pratique de cette discipline dans le pays, espère le ministre des Sports, Matar Ba.

"C'est important de tenir ce genre d'organisation qui est un test pour notre pays qui doit abriter les Jeux olympiques de la jeunesse en 2022", a expliqué Matar Ba, au sujet du TQO qui a débuté jeudi au Dakar Arena de Diamniadio.

Il s'est réjoui, à propos, de la mise à disposition, par le Comité international olympique (CIO), de deux rings pour les besoins du TQO.

"Nous n'avions qu'un seul ring qui n'était même pas aux normes, et on vient d'avoir grâce au TQO deux rings qui vont rester au Sénégal", a-t-il dit aux journalistes.

Selon lui, la tenue du Tournoi de qualification olympique au Sénégal (20 au 29 février), devrait laisser un héritage fort pour le développement de la boxe.

Il a relevé que la pratique de cette discipline avait jusque-là enregistré un certain retard au Sénégal.

Aussi compte-t-il encourager les boxeurs sénégalais "à donner le meilleur d'eux-mêmes pour réussir une qualification olympique", avant d'appeler les dirigeants de la discipline à être plus au fait des règlements de la boxe.

Pour la journée de jeudi, Pape Mamadou Ndiaye (75 kg) a été battu par l'Angolais Eduardo Zola Daniel.

En raison de problèmes administratifs, deux des sept boxeurs sénégalais, à savoir Pape Mamadou Sow (+51 kg) et Adolphe Sylva (+65 kg), ont été disqualifiés pour ce TQO qui prend fin le 29 février.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.