Sénégal: Énergie, agriculture, santé - Le Sénégal déroule le tapis rouge aux investisseurs japonais

21 Février 2020

Une délégation de chefs d'entreprises japonaises, actuellement à Dakar, a eu, hier, une séance de travail avec le Ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération. Amadou Hott les a invités à investir au Sénégal. L'énergie, l'agriculture et la santé sont les principaux secteurs ciblés.

Une mission économique constituée de chefs d'entreprises japonaises et dirigée par le Vice-ministre parlementaire chargé des Affaires étrangères, Nakatani, séjourne présentement à Dakar dans le cadre de la promotion de l'investissement nippon au Sénégal. Ces hommes d'affaires ont eu, hier, une séance de travail avec le Ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott. Ce rendez-vous économique entre les deux pays, constitue, selon ce dernier, la suite logique de la rencontre entre le Chef de l'État, Macky Sall, et le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, dans le cadre de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (Ticad) tenue au mois d'août dernier.

Dans l'agenda de la mission économique japonaise, des rencontres avec l'Agence pour la promotion des investissements (Apix) et le Président de la République afin d'étudier les différents secteurs d'investissement susceptibles d'accueillir des investissements nippons. «Dans le cadre du Plan Sénégal émergent, nous souhaitons accueillir plus d'investisseurs privés et voulons que les entreprises japonaises s'installent au Sénégal afin de produire pour le marché local et sous-régional», a indiqué Amadou Hott. À son avis, il est, aujourd'hui, nécessaire d'avoir une zone économique spéciale dédiée à leurs entreprises pour booster les investissements directs étrangers japonais au Sénégal et aboutir à la création d'emplois.

Le Ministre a aussi estimé que les investissements en perspective peuvent particulièrement concerner le domaine de l'énergie. «Le Sénégal est pays pétrolier et gazier qui offre beaucoup d'opportunités dans l'aval et l'amont pétrolier», a-t-il dit tout en citant d'autres secteurs comme l'agriculture où l'entreprise japonaise Tagom enregistre «une grande réussite». Selon lui, le marché de l'automobile est également à exploiter.

Saluant la performance des entreprises japonaises, Amadou Hott n'exclut pas la «possibilité de délocaliser certaines entreprises dans notre pays». Pour ce qui est du secteur sanitaire, il a mentionné la signature d'un mémorandum d'entente (Mou en anglais) avec l'entreprise Maobeni, espérant une plus grande coopération dans ce domaine.

Dans tous ces secteurs, il a invité les entreprises japonaises, en collaboration avec l'Apix, à «aller très vite, décider vite mettre en œuvre» ces projets. Ce, d'autant plus que beaucoup de réformes ont été faites par le Gouvernement pour améliorer l'environnement des affaires. «Nous allons poursuivre les réformes. Nous avons fait des avancées importantes dans le domaine de la justice commerciale avec plusieurs dossiers diligentés. Le pays sera davantage plus attractif et l'activité économique va augmenter», a promis le Ministre.

De son côté, l'Ambassadeur du Japon à Dakar, Arai Tatsuo, a souligné que les entreprises nippones s'intéressent de plus en plus au Sénégal grâce à sa stabilité et sa croissance économique en constante progression. Il a, dès lors, appelé à travailler davantage pour élargir les activités des entreprises déjà en place et favoriser l'installation d'autres sociétés japonaises au Sénégal.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Agroindustrie

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.