Maroc: La DG du FMI souligne le leadership du Maroc en matière de gouvernance

La stratégie mise en œuvre par le Royaume est un facteur extrêmement important de confiance, selon Kristalina Georgieva

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a souligné, jeudi à Rabat, l'importance du leadership du Royaume en matière de renforcement de la gouvernance.

La stratégie développée et mise en œuvre par le Royaume est un facteur extrêmement important de confiance, a-t-elle dit lors d'une conférence de presse conjointe FMI/Bank Al-Maghrib/ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration, ajoutant que le Maroc a poursuivi un sentier difficile, mais quand bien même bénéfique pour l'économie et le peuple marocain.

Mettant l'accent sur l'importance du Royaume au niveau du continent africain, Mme Georgieva, qui effectue sa première visite au Maroc depuis sa nomination en octobre dernier à la tête du FMI, a souligné que "le pays s'est engagé de manière constructive dans la prospérité économique en investissant dans le reste du continent" et a concentré ses efforts sur la jeunesse et les femmes.

La DG du FMI s'est réjouie également du niveau très élevé de la stabilité du Royaume mettant l'accent sur sa vision d'avenir inclusive et durable, rapporte la MAP. "Ce n'est pas par hasard que nous avons décidé de tenir nos réunions annuelles l'an prochain au Maroc", a t-elle souligné, notant qu'il s'agit de l'endroit idéal. "Nous souhaitons nous engager aux côtés du Maroc pour nous assurer du bénéfice optimum de ces réunions et que ce bénéfice demeurera longtemps après la tenue des réunions", a-t-elle dit.

De son côté, le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a indiqué à cette occasion que les relations avec le Fonds sont des relations de partenariat mais aussi des relations "exceptionnelles" qui ne feront que se consolider, relevant que le Maroc est le seul pays membre du FMI à s'inscrire au titre de la ligne de précaution et de liquidité (LPL).

Il s'agit de fondamentaux solides qu'il faut préserver et également continuer à développer avec les réformes structurelles, a-t-il fait remarquer. "Mme Georgieva a promis d'avoir un œil de support beaucoup plus important pour les pays émergents et pour les pays en développement dont le Maroc", a-t-il ajouté.

Pour sa part, le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, a mis en avant la qualité des relations entre le Royaume et le FMI, notant que les réformes qui sont conduites par le Maroc sur le plan structurel et sectoriel et sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI ont connu des réalisations importantes durant les dernières années et ont permis de passer le cap d'un certain nombre de crises internationales, ou parfois régionales, de la meilleure façon. Il a en outre rappelé que le Maroc a été élu parmi 13 pays qui se sont portés candidats pour abriter les assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, ajoutant que c'est Marrakech qui va avoir l'honneur de recevoir des délégations du monde entier conduites par leurs ministres des Finances et gouverneurs de banques centrales avec des experts financiers dans le monde et qui pour une semaine fera que Marrakech sera "la capitale financière mondiale".

Le ministre a également précisé que la visite de Mme Georgieva a été l'occasion de s'enquérir sur les lieux à Marrakech des préparatifs qui sont engagés par le Maroc pour accueillir cette importante manifestation et une occasion pour faire des rencontres avec un nombre d'acteurs notamment au niveau de la société civile.

Le Royaume félicité pour ses efforts en matière de lutte contre la corruption

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a félicité le Maroc pour ses efforts en matière de lutte contre la corruption. "La réussite des efforts de lutte contre la corruption contribue à la réalisation du développement durable et à l'amélioration du niveau de vie des citoyens, ce qui requiert une vision unifiée basée sur la participation de tous les citoyens", a souligné Mme Georgieva à cette même occasion.

Elle a, en outre souligné la nécessité de s'engager résolument dans la lutte contre ce phénomène en renforçant les actions déjà menées en ce sens tout "en plaçant cette bataille au cœur des préoccupations du gouvernement".

Au sein du FMI, "nous avons calculé en 2016 le coût de la corruption pour la société en termes d'inefficacité des dépenses publiques qui ne servent pas leurs objectifs et nous avions conclu que ceci entravait considérablement le progrès économique", a relevé la Cheffe de l'institution financière internationale, notant que les gouvernements doivent redoubler d'efforts en vue de réaliser ces mêmes objectifs.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.