Congo-Kinshasa: Goma - Jeanine Mabunda préconise un rassemblement civilo-militaire pour mettre fin aux rebellions de l'Est de la RDC

21 Février 2020

Dans un échange avec la presse de Goma ce vendredi 21 février 2020, Jeannine Mabunda, présidente de l'Assemblée Nationale de la République Démocratique du Congo, a fait une restitution de ce qui a constitué le motif de sa tournée effectuée dans la partie Est du Pays, désignée comme lieu de sa première sortie dans le cadre des vacances parlementaires depuis qu'elle a été élue au perchoir de l'Assemblée Nationale.

De Beni dans la partie Nord de la province du Nord-Kivu jusqu'à Bukavu au Sud-Kivu en passant par Bunia en province d'Ituri, la présidente de la chambre basse du parlement Congolais dit avoir eu à palper du doigt les réalités auxquelles font face la population civile confrontée à une insécurité récurrente.

« Il était important pour moi de venir personnellement à l'Est du pays pour savoir la perception de la population par rapport au travail que font les Forces Armées de la République Démocratique du Congo et les policiers en ce qui concerne la protection des civiles.

J'ai choisi l'Est de la RDC pour ma première sortie parce-que la situation sécuritaire est une urgence nationale » indique Jeannine Mabunda, qui ajoute avoir désormais une vision globale de ce problème sécuritaire et promet de soumettre des recommandations de la population auprès du pouvoir exécutif pour des solutions significatives.

« Partout là où nous sommes passés, la population a insisté sur le relèvement des troupes militaires qui ont longtemps œuvré dans ces coins du pays pour des mutations dans d'autres provinces.

À Beni par exemple, la population accuse certains officiers des FARC de s'adonner aux activités lucratives au lieu de sécuriser le territoire national et c'est l'une des causes d'une relation de méfiance entre ces derniers et les civils. » fait savoir Jeannine Mabunda qui appelle en même temps à une implication et à la Responsabilité de tous pour travailler sur la restauration de la paix dans les provinces de l'Est de la RDC qui méritent une autre image que celle des lieux des tueries à répétition des innocents civils.

« Nous devons redorer et vendre l'image positive du Nord-Kivu, Ituri et Sud-Kivu où il y a au-delà de cette insécurité, un dynamisme économique, une organisation sociale et l'esprit de l'entrepreneuriat chez les jeunes.

C'est pourquoi il faut qu'il y ait une cohabitation pacifique entre civils et militaires afin de faire barrière aux ennemis du développement de notre pays » renchérit-elle.

Pour cette élue Nationale de la province de la Mongala, cette tournée effectuée à l'Est de la République Démocratique du Congo clôturée ce jour, s'est inscrite aussi dans le sens de la compassion aux populations de l'Est, la compréhension de vrais problèmes du terrain, la clarification de certains dossiers et aussi de la restitution du travail effectué par les parlementaires qui font des propositions utiles dans l'objectif de pacifier ces provinces touchées par des rebellions locales et étrangères.

« Je salue cependant les prouesses des FARDC qui sont dans des opérations de grandes envergures dans cette partie du pays et je demande à la population Congolaise d'avoir confiance en notre armée » conclut-elle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.