Sénégal: UGB / Non-respect des engagements pris par la tutelle - Les étudiants décrétent 48h de grève et 96h de «JST »

22 Février 2020

La Coordination des étudiants de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis était en assemblée générale pour se prononcer sur la situation qui prévaut au sein des deux campus. Ses membres se disent sidérés et atterrés du manque de respect et de considération notaires des autorités à l'égard de la communauté estudiantine. C'est ainsi qu'ils ont décrété, à l'issue de cette assemblée générale, un mot d'ordre de 48h de cessation de toutes activités pédagogiques et 96h de journées sans tickets ou "JST".

Cette assemblée générale des étudiants de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis fait suite à la rencontre du mercredi 22 janvier dernier entre les représentants de la Coordination des étudiants de Saint-Louis et le ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, Cheikh Oumar Hanne qui les avait reçus à la sphère ministérielle de Diamniadio.

À cet effet, le ministre leur avait donné l'assurance que dans " un délai de 15 jours", toutes les questions urgentes et pressentes de la plateforme de la Coordination des étudiants de Saint-Louis allaient être résolues et satisfaites. Et il avait pris de fermes engagements à savoir "de produire un état additif et de payer les étudiants encore injustement et abusivement omis dans les états du mois de janvier; de permettre l'accessibilité du village P dans les jours qui devaient suivre.

À rappeler que ledit village a été livré par l'entrepreneur en charge de la construction depuis décembre 2019. Le ministre s'était aussi engagé à résoudre définitivement la question du WiFi, à faire démarrer les travaux d'assainissement dont le financement a été octroyé et ordonnance donnée au ministère des finances depuis novembre 2019 pour décaisser et transférer les fonds à l'Office National de l'Assainissement du Sénégal (ONAS); et enfin à prendre toutes les dispositions nécessaires avec le Ministre Mansour Faye pour que les travaux de la voirie interne soient entamés au plus tard au mois d'avril". Aujourd'hui, une semaine après épuisement du délai donné soit presque un mois après les accords, le CESL dit être « au regret de constater la léthargie et l'inertie totale ». Également, la CESL déplore « la politisation du milieu universitaire et le refus d'ouvrir les nouveaux villages sous prétexte d'inauguration et de bamboula ».

Par conséquent, elle avertit qu'aucun des villages ne sera inauguré avant l'intégration de leurs attributaires. Outre cela, la CESL a mis en garde contre toute venue d'autorité au sein de l'université avant la résolution totale de ces questions précitées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.