Ile Maurice: Hateefa Low, Miss ECO 2020 - «Il faut bien plus que des campagnes de sensibilisation»

22 Février 2020
interview

Elle a décroché le titre de Miss Eco International Mauritius 2020 le 1er février dernier et représentera Maurice lors de la finale internationale qui aura lieu le 11 avril prochain en Egypte. Hateefa Low, 22 ans, revient sur les raisons pour lesquelles elle a choisi ce concours de beauté et se confie sur ses plans en tant que Miss Eco Mauritius 2020.

Pourquoi avoir choisi Miss Eco et pas un autre concours de beauté ?

Je voulais toujours participer à un concours qui met en valeur la beauté extérieure tout comme la beauté intérieure. Miss Eco International Mauritius 2020 correspond à ces critères, donc, le choix était vite fait.

Vous vous attendiez à décrocher le titre ?

Oui! Mais ma participation visait surtout à mettre en avant mes passions: la protection de l'environnement et le droit des animaux. J'avais autant de chances que toutes les autres candidates, et c'est moi qui ai remporté la couronne. Le titre de Miss Eco Mauritius, je le dédie à tous ceux qui m'ont soutenue.

Que représente ce titre pour vous ?

Ce titre m'offre la plateforme idéale pour exprimer mes convictions. Vous savez, il n'est pas trop tard pour commencer à agir et je suis persuadée que si nous faisons un effort collectif pour changer nos habitudes au quotidien, ce sera déjà un grand pas.

Vous pratiquez ce que vous prêchez ?

Autant que je peux, oui. Soyons réaliste. Il est presque impossible d'éliminer les produits non-écologiques à 100%. Donc, je limite mon utilisation des produits non-recyclables au maximum. Cela énerve un peu mon entourage...

Et la nourriture dans tout ça ? Faut-il être végétarienne pour être un bon écolo ?

Déjà, je suis pesco-végétarienne. La seule chair que je consomme est le poisson. Quant aux autres viandes, je n'y touche pas. Vous savez, on a souvent tendance à s'arrêter à l'empreinte carbone négative de l'industrie de la viande, et on a tort. Il faut aussi prendre en considération la souffrance des animaux. Attention, je ne suis pas de ceux qui vont exiger à ce que tout le monde devienne végétarien, mais il faut se rendre à l'évidence. Nos actions contre la nature et les animaux nous retomberont dessus, tôt ou tard.

Et quelle est votre vision écologique pour notre île ?

Si nous maintenons le même rythme de destruction de la nature et de pollution, nous allons vers une catastrophe qui aura lieu bien plus tôt que nous le pensons. Cependant, je ne vais pas peindre un futur totalement sombre. Comme je l'ai dit, il suffit de changer quelques habitudes au quotidien...

... par exemple ?

Par exemple, réduire le gaspillage alimentaire et se tourner vers des produits recyclables et réutilisables, comme les pailles en acier inoxydable et des brosses à dents en bambou, entre autres.

Dans le discours programme 2020/2024 le président a annoncé l'interdiction des sacs en plastique. Est-ce réalisable ?

Sans l'ombre d'un doute. Rodrigues nous a déjà montré l'exemple, d'ailleurs. Ce n'est qu'une question d'habitude. La législation n'est qu'un reflet de nos convictions en tant qu'individus. Plus de huit millions de tonnes de plastique sont déversées annuellement dans nos océans. Il est donc de notre devoir et notre responsabilité de contribuer à la sauvegarde de notre environnement en utilisant le moins de produits plastiques.

Toujours dans le discours programme, le président a aussi fait mention de «Cleaner and Greener Mauritius», qu'en pensez-vous ?

Le terme reste vague. Pour un «cleaner Mauritius», il faut bien plus que des campagnes de sensibilisation. Il faut du concret, comme plus de poubelles sur les routes tout simplement. À quoi serviront les campagnes de sensibilisation si les autorités ne donnent pas aux gens le moyen d'agir. Quant au «greener Mauritius», c'est très simple: pour chaque bâtiment et pour chaque kilomètre de route construits, replantons autant d'arbres. Il ne s'agit pas d'empêcher le développement, mais de le faire en harmonie avec la nature.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.