Ile Maurice: «Mous zako» - La femelle, véritable bête noire

22 Février 2020

Un policier s'est fait attaquer, lundi, par des abeilles noires (NdIR : dites mous zako) à Bois-Pignolet alors qu'il était à moto. Envahi par plusieurs de ces insectes, il a été forcé d'enlever ses vêtements. Il a été admis à SSRN, Pamplemousses, et son état était jugé plutôt sérieux. Toutefois, le jeune homme va beaucoup mieux depuis.

Contactée pour en savoir plus sur ces bêtes noires, Sunita Facknath, professeure de la faculté de l'agriculture à l'université de Maurice, explique qu'en général, les abeilles noires n'attaquent pas, sauf si on les provoque délibérément ou accidentellement. En effet, ce n'est pas dans leur avantage car elles meurent après avoir piqué. À noter que ce sont uniquement les femelles qui piquent, à l'aide de leur long dard pointu, les mâles n'en possédant pas.

«Leur piqûre peut être très douloureuse, entraînant des rougeurs, des démangeaisons, des gonflements et une sensation de brûlure. Mais elle n'est généralement pas mortelle, sauf si la personne est allergique au venin sécrété», fait-elle ressortir. Selon Sunita Facknath, pour soulager une piqûre d'abeille, il faut laver la partie du corps affectée à l'eau ou au savon et y appliquer de la glace. Si le dard est incrusté dans la peau, il faut l'enlever. Mais si une personne y est allergique, elle doit être hospitalisée et être traitée immédiatement. Dans le cas contraire, elle peut faire un choc anaphylactique, qui pourrait lui être fatal.

Par ailleurs, un fonctionnaire du ministère de l'Agro-industrie indique que «si la personne qui se fait piquer est déjà malade, il y a plus de risques que la situation s'aggrave. Et si une personne a été piquée au cou, le passage d'air peut être bloqué. Ou si l'abeille a atteint une veine connectée au cerveau, le venin peut y être transféré.» C'est la raison pour laquelle il précise qu'en cas de piqûre, il est nécessaire de consulter le médecin.

En chiffres

Les abeilles noires femelles sont plus nombreuses, malgré leur petite taille. À Maurice, il en existe entre 30 000 à 40 000 alors que les mâles sont au nombre de 400 à 500.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.