Congo-Brazzaville: Cinéma - « Dabie », de la débauche sentimentale à l'exemplarité juvénile

Ecrit par Estelle Ndinga et réalisé par Joy Christ Mac, « Dabie » a été présenté en avant-première au public brazzavillois le 21 février. Un film qui appelle au sérieux dans les relations amoureuses, au risque de traverser le désert et de vivre un calvaire.

C'est après quelques discours pour alourdir l'ambiance d'attente que la projection du film a pu commencer. Dès les premières minutes, on découvre le personnage principal, Dabie. Une jeune femme devenue coach en développement personnel. Mais ce changement de vie a été inspiré par ses erreurs du passé. Cinq ans plutôt, Dabie menait une vie impudique et dévergondée. Virevoltant d'homme à homme, pour elle l'amour rimait uniquement avec le sexe et le portefeuille. Une réalité lamentable à laquelle est confrontée la jeunesse.

Le scénario du film présente au spectateur une séductrice invétérée qui ne laisse aucune occasion pour atteindre et conquérir sa cible. Un jour, Dabie rencontre Jordy, manager musical, et développe, contre toute attente, des sentiments sincères à son égard. Malheureusement ce bonheur sera trop beau pour durer longtemps. Et, comme le dit un adage, tôt ou tard, le passé fini toujours par nous rattraper.

Dabie découvre qu'elle est enceinte d'un homme qui n'a été qu'une aventure d'un soir et se résout tout de même à en parler à Jordy. Mais, ce dernier se montre indifférent et profite de la situation pour se faire cocu avec sa meilleure amie. Un choc qu'elle surmonte, malgré tout, en décidant de garder sa grossesse et de reconstruire sa vie.

Long-métrage, à la fois romantique et dramatique, « Dabie » a été inspiré d'un vécu. Il est le reflet d'une jeunesse trop impatiente de vivre certaines expériences ou d'accomplir certains exploits. Un choix de vie qui déteint parfois sur leur avenir. Effectivement, il y a du regret, des blessures intérieures, du relâchement dans le désir de se battre, la perte de l'estime de soi et biens d'autres obstacles qui viennent anéantir ces victimes.

Pour Estelle Ndinga, scénariste et personnage principal du film, peu de personnes parviennent à se relever et c'est l'interpellation de cette œuvre. « Dans un premier temps, nous essayons de conscientiser la jeunesse sur les conséquences de la débauche sexuelle. Et dans un second, nous souhaitons que les cinéphiles réalisent que peu importe les erreurs du passé, on a toujours le choix entre se relever ou continuer à s'apitoyer sur son sort. Dabie l'a compris et a suivi le bon chemin », a-t-elle déclaré.

Les avis du public

Employant une main-d'œuvre purement locale avec des moyens du bord, « Dabie » est l'aboutissement d'une passion et le désir d'une jeunesse congolaise aspirant à faire bouger les lignes en vue de faire vivre le secteur cinématographique au Congo. Ainsi, en dépit de quelques lacunes techniques, le public a salué l'initiative et souhaité une finalité convaincante.

Pour Edna Bokea, jeune étudiante, c'est un film qui s'enracine dans les habitudes de la jeunesse et qui parle à tous afin de nous éduquer sur le vagabondage sexuel, les grossesses indésirées, l'expansion des familles monoparentales, la délinquance et l'irresponsabilité juvénile... « J'estime que ce sont des initiatives à soutenir pour que les résultats soient remarquables. Car faute de moyens techniques et financiers ainsi que de professionnalisme, le cinéma congolais demeurera à l'étape de germination », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, Aristide Okombi, évoluant dans le secteur du cinéma a jugé que l'histoire était amusante pour un thème habituel, le jeu d'acteur plus ou moins bien avec des plans maitrisés et représentant réellement Brazzaville. Cependant, il a déploré quelques soucis de synchronisation et d'uniformisation sonore ainsi que des flou-nets répétitifs qui cassent la qualité des images sans anéantir le mérite du scénario. « Pour une première expérience, l'initiative est encourageante et force à leur courage. Bravo à toute l'équipe », a-t-il déclaré.

Après projection, la fin du film a semblé encore imprévisible pour le public présent à cette soirée. La sortie officielle est prévue pour très bientôt.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.