Sénégal: Fatick - Samba Ndiobène Kâ inaugure le CIMEL de Niakhar

Fatick — Le ministre de l'Elevage et des Productions animales, Samba Ndiobène Kâ, a inauguré, samedi, dans la commune de Niakhar, le Centre d'impulsion et de modernisation de l'élevage (CIMEL) dans la région de Fatick.

"Ce centre est destiné à la valorisation des chèvres, des produits laitiers mais aussi et surtout à la formation pratique et théorique des acteurs de la filière caprine tout en facilitant l'écoulement de leur production sur le marché", a expliqué le ministre lors de la cérémonie d'inauguration.

L'infrastructure est le "fruit d'une longue" coopération entre la région Poitou-Charentes (France), la région de Fatick, et le ministère de l'Elevage, qui s'est poursuivie avec la région Nouvelle Aquitaine (France) et l'Entente de départements des régions de Fatick et de Diourbel, a-t-il souligné en présence d'une forte délégation venue de la région Nouvelle Aquitaine conduite par son président Alain Rousset.

Il a rappelé les "instructions étatiques" du Conseil des ministres délocalisé tenu à Fatick le 23 juillet 2015 où "il a été retenu d'accélérer la mise en place du Centre d'impulsion et de modernisation de l'élevage (CIMEL) de Niakhar".

"C'est ainsi que nous avons réfectionné au niveau du CIMEL deux anciennes chèvreries, construit un bâtiment pour les boucs reproducteurs, une fromagerie, un bâtiment administratif, un magasin, la construction d'un mur de clôture pour sécuriser le site, et refait les adductions d'eau et d'électricité", a-t-il indiqué.

Il a annoncé l'acquisition, dans les jours à venir, de chambres froides et d'une armoire d'affinage pour le CIMEL, avant d'inviter les acteurs à "s'approprier" cet outil de développement.

Le ministre a indiqué qu'un appui de 1000 chèvres a été octroyé par l'Etat aux acteurs concernés de la région de Fatick.

A cet effet, il a remis à la présidente de l'Association régionale des éleveurs caprins un chèque de 100 millions de francs CFA, "destiné à l'achat et à l'entretien des sujets (chèvres) jusqu'à leur distribution aux ayants-droit".

Samba Ndiobène Ka s'est félicité de la coopération entre le ministère de l'Elevage et des Productions animales la région Nouvelle Aquitaine (France) et l'Entente des départements des régions de Fatick et de Diourbel.

Il a salué "une véritable dynamique de développement de la filière caprine dans la région de Fatick qui s'est traduite par la mise en place de plus de 70 chèvreries collectives et individuelles, de six unités de transformation de lait de chèvre, l'amélioration génétique des chèvres par le biais de la sélection et de l'insémination artificielle, a-t-il expliqué.

Ka a également cité la structuration de la filière par la mise en place de l'association régionale des éleveurs de caprins ou encore tout récemment l'installation d'une unité solaire dans le CIMEL pour alléger les charges électriques du centre.

Pour la région de Fatick, la filière caprine est considérée parmi

les axes prioritaires d'intervention les plus déterminants dans l'amélioration des conditions de vie des populations mais aussi dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et l'émergence socio-économique des acteurs, a souligné Samba Ndiobene Kâ.

"L'Etat du Sénégal ambitionne de faire du secteur de l'Elevage un véritable levier socio-économique à travers la promotion des chaines de valeur des différentes filières animales mais aussi et surtout la valorisation des ressources pastorales des différentes zones agro écologiques de notre pays", a-t-il ajouté.

Des délégations d'acteurs de la filière caprine venues du Niger et du Mali ont également pris part à la cérémonie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.