Ile Maurice: Décès d'un nourrisson de trois mois - Rs 10 millions réclamées à une crèche

22 Février 2020

Le 25 octobre 2019. Cette date restera gravée à tout jamais dans la mémoire du couple Joseph Arnaud Martin et Marie Aurélie Matombé. Ce jour-là, ils ont récupéré leur nourrisson de trois mois, sans vie, d'une crèche à Mahébourg.

Le couple, qui ne souhaite pas baisser les bras, a fait servir une mise en demeure par le biais de Me Erickson Mooneapillay et l'avoué Roshan Rajroop, à la garderie, dans le courant de la semaine. Estimant avoir subi des dommages, ces parents réclament Rs 10 millions.

Dans le document, la maman raconte qu'elle avait sollicité les services de cette garderie, située à Ville-Noire, Mahébourg, en début d'octobre 2019. «J'avais laissé ma petite fille d'un an et mon bébé de trois mois sous la responsabilité des préposées de cette garderie. Et lorsque j'ai déposé mes deux petits, mon bébé se portait très bien et était plein de vie», relate l'habitante de Mahébourg, qui avait également laissé de la nourriture pour le déjeuner et des affaires personnelles des petits dans un sac. Une fois les enfants déposés, elle a poursuivi sa journée comme à l'accoutumée, dit-elle.

«Ce n'est que vers 16 h 20 que j'y suis revenue. L'une des préposées m'avait dit d'attendre vu que mes enfants dormaient. On m'a remis ma petite fille, qui se trouvait dans un état ensommeillé et on m'a demandé d'attendre encore vu que la couche de mon fils devait être changée avant», poursuit la plaignante.

Ayant pu récupérer le nourrisson, elle avait trouvé très suspect que le corps de son petit ne bougeait pas. «Il ne réagissait pas lorsque la femme me l'a remis.»

Prise de panique, la mère s'est baissée pour vérifier si le bébé respirait et comprendre pourquoi il était immobile. «À mon grand désarroi, mon petit bout de chou ne respirait plus. J'ai immédiatement fait du bouche à bouche pour le ranimer mais en vain», pleure Marie Aurelie Matombé.

Essayant de chercher du secours pour emmener son bébé à l'hôpital, elle est tombée sur un voisin qui lui a été d'une grande aide. Le médecin de garde devait par la suite constater le décès du nourrisson.

Se trouvant dans un flou total quant aux circonstances de la mort de leur bébé, Aurélie et Martin Matombé avaient porté plainte au poste de police. La maman crie à la négligence en montrant du doigt ladite crèche. «La responsabilité de la mort de notre bébé revient aux préposées de cette crèche qui n'ont pas accompli leurs tâches correctement. Et leur acte illégal, injustifié et incorrect constitue une faute. D'où la réclamation des dommages de Rs 10 millions.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.