Congo-Brazzaville: Gare aux destructeurs de l'enseignement !

Ils sont là et vibrent à contre-courant de la réalité éducative. Ils travaillent pour des vrais « faux résultats », mais d'apparence meilleurs. Résultats qui vont à l'encontre du niveau réel des élèves tant souhaité par des pouvoirs publics, des parents et la société tout entière. Qui sont alors les destructeurs de l'enseignement ?

Ces destructeurs sont de deux grandes catégories. La première, c'est celle qui crée des stratégies pour chercher à composer à la place des vrais candidats lors des examens et évaluations moyennant de l'argent. La deuxième est formée des complices qui s'efforcent à mettre en place des soi-disant « labos » destinés à traiter des épreuves proposées aux examens.

Ces destructeurs ont en tête tous les calendriers des évaluations qui se déroulent aux niveaux de l'enseignement général, technique ou supérieur. Ils sont aux alentours des écoles pour se familiariser avec des responsables des établissements scolaires, des universités ou instituts pour assouvir plus tard leurs ignominieux calculs. Ils font semblant d'être amis de tel ou tel responsable éducatif pour bien connaître ce qui se passe au sein de tel ou tel secteur de l'enseignement.

Cette première catégorie, à la manière des cybercriminels, prend le risque d'aller vers des écoles, quand arrive le moment des campagnes d'inscription aux examens, évaluations et d'autres tests pour solliciter des « services ». Elle se dit être capable de « jouer » le jeu, c'est-à-dire répondre à la place des vrais candidats en prenant par circonstance les références desdits candidats. On les voit jamais fréquenter tel ou tel établissement scolaire, mais curieusement ils se substituent aux candidats le jour des évaluations. Certains d'entre eux ont pris même la salle habitude de se déplacer entre la ville et la campagne. Ils sont en ville pour soi-disant des raisons médicales et vont à la campagne lors des examens.

Les autorités éducatives ayant compris son jeu, cette catégorie est en train de mettre en place une nouvelle stratégie pour échapper au contrôle. Ces « labos » ne sont plus au sein des écoles, ils sont devenus ambulants. Ces spécialistes de cette deuxième catégorie aux alentours des lieux d'examens et tests pour chercher à exercer des « pressions amicales » sur des surveillants afin de faire pénétrer dans des salles des sujets traités. Gare aux hommes portant des sacs qui sont autour des centres d'examens !

En plus de ces deux grandes catégories phares qui détruisent l'enseignement, il y a aussi d'autres, notamment des parents qui marchandent le passage de leurs enfants, des écoles qui recrutent des élèves sans bulletins de notes, des enseignants qui distribuent des notes de façon arbitraire... Que cela soit clair, nous dénonçons ici certaines pratiques qui participent à la destruction de l'enseignement. Nous n'avons pas traité toutes les causes de la baisse du niveau scolaire, car elles sont nombreuses bien qu'elles soient toujours décriées. Affaire à suivre !

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.