Guinée: Les citoyens réagissent sur les propos de va-t-en-guerre d'Alpha Condé

22 Février 2020

Le président Alpha Condé, ne compte pas reculer pour l'organisation des élections législatives et le référendum le 1er mars 2020. Malgré toutes les critiques au tour de ces deux scrutins, le chef de l'Etat reste droit dans ses bottes.

Très décisif, il a invite ses militants à Faranah à s'attaquer violament à tous ceux qui viendront empêcher la tenue de ces élections dans les urnes. Une réaction qui suscite des débats dans la cité.

Interrogé ce vendredi à Dixinn, Isack Kourouma pense le message du chef de l'État est une manière de motiver les citoyens à prendre leur responsabilité pour empêcher ceux qui ne respectent pas la démocratie de créer de la pagaille le jour du scrutin.

"Moi je pense que le président de la République n'a pas dit quelque chose de mal. Il a voulu nous dire ici de ne pas nous laisser faire nous qui voulons voter le 1er mars prochain. C'est une façon de nous inviter à prendre nos responsabilités tant que jeune", a-t-il expliqué.

Ce discours de va-t-en guerre du chef de l'État est aperçu par certains guinéens comme un discours d'insitation à la violence. Pour cet autre citoyen, Hassane Chérif, quelque soit la situation, Alpha Condé doit s'abstenir de ces genres de déclarations publiquement.

<< Il est le chef de l'État, il doit savoir garder son sang-froid. Il ne doit dire ces genres de propos surtout pendant cette période de crise. Moi je suis de déçu de son discours>>, s'est-il indigné.

Les membres de la société s'invite dans le débat de cette déclaration du chef de l'État. Sans langue de bois, le président du CNOSC, pense que le numéro 1 guinéen s'est une nouvelle fois rabaisser.

<< Tant que citoyen simple, je dirais que c'est un légitime défense mais tant que président de la République, pour il s'est rabaisser. Ce n'est pas à n'importe quel endroit qu'il doit tenir des discours de va-t-en-guerre. Il doit s'abstenir quand à certains propos quand il est devant le public >>, a estimé Dansa Kourouma.

A quelques jours des éléctions législatives et le référendum en Guinée, ces discours de va-t-en guerre se pèsent entre pouvoir et opposition. Le FNDC aussi reste camper sur sa position de contre la nouvelle constitution.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.