Cameroun: Les petites phrases de Macron qui agacent à Yaoundé

Des jeunes protestent contre les déclarations du président français Emmanuel Macron sur la manière dont le Cameroun gère le conflit dans ses régions anglophones à l'extérieur de l'ambassade de France à Yaoundé, le 24 février 2020.
23 Février 2020

Voici ce qu'a dit exactement M. Macron, suite à l'interpellation de l'activiste connu sous le nom de Calibri Calibro en marge du salon de l'agriculture à Paris.

« J'ai mis la pression sur Paul Biya pour qu'il traite le sujet de la zone anglophone et ses opposants. Je lui avais dit que je ne voulais pas le recevoir à Lyon Tant que Maurice KAMTO n'était pas libéré. Et il a été libéré parce qu'on a mis la pression. Et là, la situation est en train de se ré-dégrader. »

« Je vais appeler la semaine prochaine le Président Biya et là, on mettra le maximum de pression pour que cette situation cesse. Je suis totalement au courant et totalement impliqué sur les violences faites aux Cameroun et qui sont intolérables. Je fais le maximum. »

« La France est toujours prise dans un jeu de rôle compliqué en Afrique. Nous sommes un État de droit et nous défendons l'Etat de droit partout. Mais quand en Afrique un président français dit : "Tel dirigeant n'est pas démocratiquement élu, les africains disent, de quoi vous vous mêlez, vous n'avez pas de leçons à nous donner. »

« Partout, je veux des dirigeants démocratiquement élu et là où les présidents ne sont pas démocratiquement élus je travaillerai avec la société civile. Je travaille avec l'Union Africaine et les organisations internationales pour mettre la pression. »

« Quand le président KABILA était là, il y avait comme vous des opposants dans ce pays, on a mis la pression, on a travaillé avec plusieurs autres présidents et on a réussi à ce qu'il y'ait une alternance politique pour avoir le président Tshisekedi. »

« Sur le président Biya, je lui ai dit qu'il doit ouvrir le jeu, il doit décentraliser, il doit libérer les opposants politiques, il doit faire respecter l'état de droit. Je mettrai tout ce qui est en mon pouvoir pour le faire. Je veux vraiment que vous le sachiez, mais ce n'est pas à la France qui peut faire la démocratie au Cameroun à la place des Camerounaises et des camerounais. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.