Tchad: A Ndjamena, les habitants dénoncent une hausse de l'insécurité

Depuis plusieurs mois, les cas d'agressions et assassinats se multiplient dans la capitale. Si les autorités se veulent rassurantes et ont arrêté plusieurs suspects, les Ndjamenois dénoncent tout de même une hausse de l'insécurité.

Les rues d'habitude animées du 7e arrondissement sont maintenant calmes. En moins d'un mois, deux corps de femmes ont été retrouvés sans vie et violées. Un choc pour Koubra, 17 ans. « J'ai peur de me faire massacrer aussi. Je me baladais ici et maintenant, je ne le fais plus. »

Même inquiétude pour Mila, un sac de légumes dans les bras. « Je fais mes courses dans la journée. Je ne peux pas sortir après 19h, j'ai peur parce que c'est arrivé deux fois dans le même secteur. »

Un peu plus loin, Alexis, habitant le quartier, dénonce le manque de patrouilles de police. « Il faudrait que la police fasse le travail de patrouille dans les quartiers. Qu'elle aille en profondeur dans les quartiers, pas rester sur le goudron avec leurs véhicules. »

Les autorités assurent pourtant que des patrouilles sont effectuées au quotidien dans les rues de la capitale. Paul Manga, le porte-parole de la police, en appelle aussi à la vigilance de tous. « Nous demandons la collaboration de la population. Ces malfrats ne tombent pas du ciel, ils habitent dans des concessions. Et si chaque propriétaire de concession faisait un effort pour savoir qui habite chez lui, je pense qu'il y aurait une réduction de l'insécurité. »

Le Tchad compte environ 11 000 policiers pour 15 millions d'habitants, explique une source sécuritaire. Des effectifs insuffisants, selon elle, pour maintenir un climat de sécurité en ville.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.