Ile Maurice: Vidéo de moutouk dans un restaurant - Le ver est dans les réseaux sociaux

23 Février 2020

Coup dur pour ce restaurant, très connu, qui propose des plats typiquement mauriciens et attire un grand nombre de clients. Toutefois, suite à une vidéo postée sur Facebook le 17 février, le propriétaire n'a eu d'autre choix que de mettre les baguettes sous le paillasson - pour le moment du moins - apprend-on. La cause : il y avait apparemment un «moutouk» au menu... Et, depuis, la vidéo est invisible...

«Restaurant-la ti pe al fermé mem. Mais depuis que la vidéo est apparue sur les réseaux sociaux, tout porte à croire que le propriétaire a fermé boutique», explique Jean, assis dans une gargote à quelques pas du restaurant en question.

Mais y avait-il réellement une larve nageant le «minn bwi» de la personne qui a posté la vidéo en question ? Nous avons tenté d'avoir un avant-goût. Mais à 13 heures, en ce jeudi 20 février, c'est le calme plat du côté du restaurant. Il n'y a pas grand monde dans les alentours, à peine une mouche qui vole, même pas un ver solitaire.

Exigence d'hygiène

Impossible de rencontrer le propriétaire. Les volets roulants sont baissés, l'accès à la maison du gérant bloqué. «Depuis mardi, on ne les voit pas. Pa koné si zot in gagn problem ek sanitaire», souligne Rajesh assis sous la varangue d'une boutique sise à deux pas. Il ne connaît pas le nom de famille du restaurateur et connaît également peu de chose sur lui.

Rita, elle, a, par le passé, déjà travaillé dans les cuisines du restaurant. Elle assure qu'il n'y a jamais eu de manquements aux règles d'hygiène. «À l'époque, il y avait plusieurs personnes qui officiaient en cuisine. L'épouse du proprio a toujours été très exigeante en ce qui concerne l'hygiène. Li mari amani.» D'après elle, ce qui s'est produit - si tel est le cas - semble étonnant.

Patrimoine

À quelques mètres du local, Paul un client habituel et ami du propriétaire, balaie d'un revers de la main les commentaires négatifs. Pour lui, ce sont des choses qui peuvent arriver. «J'ai déjà eu des vers dans le repas qu'on m'avait servi. J'avais aussi commandé un minn bwi. Les vers étaient dans le pot de piment écrasé que j'ai utilisé. Je n'avais rien remarqué car je n'avais pas porté mes lunettes», dit Paul qui s'est rendu au restaurant en compagnie de son épouse. C'est cette dernière qui avait découvert les «ti moutouk». Selon ses dires, le piment était resté trop longtemps en pot.

Par ailleurs, le restaurant en question appartient aux grands-parents du propriétaire et fait partie presque «du patrimoine» de la localité. «Le restaurant a toujours accueilli beaucoup de personnes. Il a toujours bien marché et ce qui s'est passé lundi dernier doit être une erreur de parcours», livre Paul.

Nous avons essayé d'avoir la version du proprio, en vain. En attendant, sur Facebook toujours, les mèmes «moutkesques» se reproduisent plus vite que les larves elles-mêmes. Et, d'aucuns accusent l'internaute qui a posté la vidéo d'être un affabulateur. «Pa premyé fwa li fer sa. Li abitié al restoran apré met bébet dan manzé, pou li pa payé. Lot fwa li ti trouv kankréla... »Alors «moutouk» ou pas «moutouk» ? Nous resterons sur notre faim...

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.