Mali: Au moins 3 soldats tués dans l'attaque du camp militaire de Bambara Maoudé

L'armée malienne a tout fait pour sécuriser ces élections.

Au moins trois soldats maliens ont été tués et cinq blessés dimanche 23 février lors de l'attaque d'un camp de l'armée de Bambara Maoudé, dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, par de présumés jihadistes, a indiqué l'armée malienne.

L'attaque s'est déroulée ce dimanche au saut du lit dans la localité de Bambara Maoudé à une centaine de kilomètres de la localité de Tombouctou.

Les assaillants présumés jihadistes sont arrivés à moto, mais surtout à bord de véhicules. Un détail, les véhicules portaient le sigle FAMa, pour Forces armées maliennes. C'est souvent une stratégie pour tromper l'ennemi en se faisant passer pour un allié.

Des tirs nourris contre le camp des troupes régulières. Au moins trois soldats ont été tués, d'autres blessés, ils seront un peu plus tard évacués plus tard vers le centre du Mali, grâce notamment à un hélicoptère de la Mission de l'ONU.

Au cours de cette attaque, les FAMa déplorent un bilan provisoire de 3 morts, 5 blessés et des dégâts matériels. Les blessés ont été héliportés sur #Sevaré.

Les vecteurs aériens ont ete dépêchés sur zone. Le poste est sous contrôle FAMa. pic.twitter.com/P2kyUwIbzu

Du matériel roulant et militaire a été importé par les assaillants. De leur côté, les assaillants auraient subi des pertes en vies humaines. La localité de Bambara Maoudé occupe une position stratégique. Lorsque l'on vient de la localité Gossi, située plus au sud, c'est le principal et dernier verrou avant d'arriver à Tombouctou.

Après cette nouvelle attaque, les experts observent que les assaillants se comportent comme de véritables armées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.