Comores: Un second tour des législatives sans grand suspens

www.afrikart.org
Logo CENI Comores

Les Comores votent ce dimanche 22 février pour le second tour des législatives. L'opposition n'a pas envoyé de candidats à ces élections, décidant de les boycotter. L'atmosphère est assez calme dans le pays.

L'Assemblée nationale du pays compte 24 députés et 19 d'entre eux ont déjà été élus directement au premier tour. Les candidats toujours en lice sont tous issus de la mouvance présidentielle ou sans étiquettes mais proches du président Azali Assoumani.

Il n'y a donc guère de suspens dans ces élections législatives dont les meetings de campagne ont été quasi inexistants. Dans la capitale par exemple, le parti Radhi du porte-parole du gouvernement a annoncé son retrait de la course à l'ouverture des campagnes d'entre-deux tours au profit de son adversaire, issu de la CRC d'Azali Assoumani.

Les électeurs de l'île de Mohéli connaissent déjà leurs quatre représentants de la nation, tous élus dès le premier tour et tous issus de la CRC. Sur 24 circonscriptions, le parti du président qui n'avait que deux députés sortants, en compte d'ores et déjà 16 parmi les 19, élus dès ce 1er tour.

A l'annonce de ces résultats du 1er tour par la Céni, c'est d'ailleurs le taux de participation de 61% qui avait surtout fait débat car finalement ces élections législatives un peu jouées d'avance n'avaient pas semblé mobiliser l'électorat. Mais c'est une opposition moribonde, ayant déserté le terrain politique qui avait voulu s'en plaindre par voix de communiqués de presse.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.