Bénin: Trente ans après la Conférence nationale, Robert Dossou questionne la justice

Il y a trente ans au Bénin, s'ouvrait la première conférence nationale d'Afrique francophone, en février 1990, première étape de la construction des institutions démocratiques béninoises. Maître Robert Dossou a participé à l'écriture de la Constitution du Bénin. Il en dresse un bilan mitigé.

Cette première conférence nationale d'Afrique francophone s'est réunie du 18 au 29 février 1990. Maître Robert Dossou, qui a participé à l'écriture de la Constitution du Bénin, est aujourd'hui avocat de Lionel Zinsou, opposant à l'actuel président de la République Patrice Talon.

« Les données et les acquis de cette Conférence nationale sont demeurés gravés dans le cœur et l'esprit du peuple béninois, tout comme on n'a jamais effacé Philadelphie [où a été rédigée la Constitution des Etats-Unis de 1787, NDLR ] de la conscience collective des Américains, ni le Bill of rigths [la Déclaration des droits de 1689, NDLR] de la conscience collective du peuple britannique. Cela ne peut jamais s'effacer.»

L'indépendance de la justice douteuse

Maître Robert Dossou s'inquiète notamment de l'indépendance de la justice et de l'appareil judiciaire.

«Au jour d'aujourd'hui, la démocratie et les principes fondés par la Conférence nationale du Bénin de 1990, ces principes ont été mis entre parenthèses. La séparation des pouvoirs pose problème, l'indépendance de la justice pose problème... Je l'ai vécu, j'ai des dossiers que j'ai plaidés ! Et ces dossiers sont vides ! J'ai la conviction que les juges ont été téléguidés. Les juges sont terrorisés.

Mais je parle des parenthèses, parce que j'ai foi. J'ai foi qu'une résistance très patiente du peuple béninois, ajoutée à l'intelligence des hommes qui nous gouvernent, va faire bouger un peu la rupture que nous avons aujourd'hui par rapport à l'Etat de droit ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Bénin

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.